Economie

Journée mondiale contre le travail des enfants : le HCP revient sur les chiffres

A l’occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants célébrée ce mercredi 12 juin, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a publié une note d’information sur l’évolution et les caractéristiques du travail des enfants au Maroc. 


Selon les données de l’enquête nationale sur l’emploi, 92.000 enfants âgés de 7 à moins de 15 ans travaillaient en 2012, soit 1,9% de l’ensemble des enfants de cette tranche d’âge. Ce phénomène est en forte régression depuis 1999, année où il touchait  9,7% de l’ensemble des enfants de 7 à moins de 15 ans, soit 517.000 enfants. Le travail des enfants de moins de 15 ans est un phénomène particulièrement récurrent en milieu rural : en effet il touche 3,9% des enfants (85.000) dans les campagnes aujourd’hui, contre 16,2% en 1999 (452.000 enfants). Dans les villes, ce phénomène concerne 0,3% des enfants citadins (7.000) contre 2,5% en 1999 (65.000 enfants). En somme, plus de neuf enfants actifs occupés sur dix (92,4%) résident en milieu rural. Par ailleurs, ce phénomène touche beaucoup plus les garçons que les filles, 54,1%  sont de sexe masculin. Cette proportion varie de 51,1% en milieu rural à 90,3% en milieu urbain. 

Quel taux de scolarisation pour ces enfants ?

Selon les circonstances de leur travail, 21,7% des enfants qui travaillent suivent aussi un parcours scolaire. 59,2% d’entre eux ont quitté l’école et 19,1% n’ont jamais fréquenté l’école (soit 78,3% de non scolarisés pour l’ensemble des enfants au travail). Les principales raisons avancées concernant  la non scolarisation des enfants au travail sont à 31,4% le fait que l’enfant n’accorde aucun intérêt aux études, à 22,9% à la non disponibilité d’établissement d’enseignement général dans le lieu de résidence,  à l’inaccessibilité, aux difficultés géographiques ou climatiques, à 16,4% due à l’absence de moyens financiers pour couvrir les frais scolaires, et enfin à 12,1% à l’obligation d’aider le ménage dans ses activités professionnelles.

Le travail des enfants reste concentré dans certains secteurs économiques. Ainsi, en milieu rural, ils sont 95,5% à travailler dans l’ »agriculture, forêt et pêche ». En zones urbaines, les « services », avec 58,4%, et l’ »industrie y compris l’artisanat », avec 31,3%, sont les principaux secteurs employeurs des mineurs.

Le cadre familial des enfants au travail

Le travail des enfants concerne 76.533 ménages, soit 1,1% de l’ensemble des ménages marocains, concentrés en milieu rural (70.011 ménages contre 6.522 dans les villes). Ce phénomène touche surtout les ménages de grande taille. La proportion des ménages ayant au moins un enfant au travail est de 0,3% pour les ménages de trois personnes et augmente progressivement avec la taille pour atteindre 3,1% parmi les ménages de 6 personnes et plus.

Les caractéristiques socioculturelles du ménage et de son chef en particulier sont déterminantes pour  ce phénomène. Ainsi,  la proportion des ménages dont au moins un enfant est au travail est quasi nulle parmi les ménages avec un chef ayant un niveau d’instruction supérieur et s’établi à 1,5% parmi les ménages dont le chef n’a aucun niveau d’instruction. Selon le type d’activité du chef de ménage, cette proportion passe de 0,2% pour ceux qui sont inactifs à 0,3% pour les chômeurs pour atteindre 1,5% pour les actifs occupés.

Rappelons que le Maroc s’est doté d’un arsenal juridique pour lutter contre le travail des enfants, notamment la loi sur l’obligation de l’enseignement fondamental jusqu’à l’âge de 15 ans. Enfin le mois dernier,  le Maroc a adopté une loi qui définit les conditions de recrutement de travail des employés de maison. Le nouveau texte a pour objectif de lutter contre l’emploi des jeunes filles de moins de 15 ans et de criminaliser ce genre de pratique. 

 
Article précédent

Automobile : une étude sonne comme un coup de semonce

Article suivant

Média : la Grèce innove