Justice

Karim Zaz retrouve sa liberté, mais…

Karim Zaz recouvre sa liberté. Mais, il n’est pas encore tiré d’affaire. L’ex président-directeur général de l’opérateur télécom Wana (devenu aujourd’hui Inwi) a, en effet, retrouvé sa liberté le 31 mai dernier, après cinq années  passées derrière les barreaux.


Selon plusieurs sources, l’ancien PDG a dû payer sa liberté au prix fort, puisque même s’il a fini de purger sa peine de 5 ans de prison en mars dernier, il était maintenu en cellule puisqu’il faisait aussi face à une procédure de contrainte par corps initiée par la Douane en 2018 à son encontre en vue de l’exécution d’un jugement définitif qui l’avait condamné à verser plus de 500 millions de DH d’amende. Il a ainsi dû trouver un accord à l’amiable avec l’administration douanière.

Notons qu’une nouvelle audience est d’ores et déjà fixée au 12 juin prochain pour relancer le procès. Il va sans dire que l’ancien patron de Wana n’est pas encore au bout de ses peines avec la justice, et que son avenir dépendra des décisions des prochaines audiences dans cette affaire d’escroquerie, qui dure depuis 2014.

Rappelons que l’ingénieur est inculpé, avec onze autres personnes dont des anciens employés de Wana, dans cette affaire de « constitution de bande criminelle, de détournement de trafic téléphonique international, de faux et usage de faux, de blanchiment d’argent et d’abus de confiance».

Il lui est notamment reproché, ainsi qu’à ses complices, d’avoir créé des sociétés à Paris et à Casablanca pour le détournement des communications internationales vers le Maroc, pour les faire passer via un réseau clandestin high-tech. Ce qui leur permettait d’engranger des revenus en devise par la suite.

 

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Saudi Airlines ouvre la première ligne directe Jeddah-Marrakech

Article suivant

Tanger Med : dispositif spécial pour accompagner “Marhaba 2019”