L'édito

Keynes revient

Les USA sont en train de vaincre la Covid-19, grâce à la vaccination. Tous les Américains qui veulent se faire vacciner, pourront le faire d’ici à fin mai. Ils pourront donc, reprendre une vie normale avant l’été. Mais l’équipe se projette dans l’avenir. Le nouveau président Américain a annoncé un nouveau new deal, un programme de centaines de milliards de dollars, en faveur des infrastructures de base.


L’Amérique de Trump s’est déjà engagée sur ce terrain. Les USA n’ont pas le même problème avec le déficit de l’Etat. Depuis le Nixon Rouard, les grandes puissances ont accepté, le dollar valeur refuge, sans être lié aux réserves de l’or. Donc, l’Amérique peut imprimer autant de dollars qu’elle veut. Ce qui est intéressant, c’est que l’équipe Biden, veut utiliser cette capacité pour lancer un nouveau new deal. Lancer des travaux d’infrastructures, va créer des millions d’emplois, mais aussi améliorer les services publics et donc assurer un minimum d’égalité des citoyens.

Lire aussi| Le chiffre d’affaires des sociétés cotées en baisse de 5,2% en 2020

Alors que la législature Trump a été ultra- libérale, celle de Biden se veut sociale. Mais surtout, c’est l’Etat qui reprend la main. Partout ailleurs, la question se posera, le seul moyen de réparer les ravages de la Covid-19, c’est le retour à un rôle renforcé de l’Etat. Les dogmes sur le déficit, sur l’intervention sociale de l’Etat, ont du plomb dans l’aile, ne sont plus opérants, et personne ne les défend. Au Maroc, ce débat n’est pas initié, il s’imposera dans les prochains mois. Croire que la fin de la pandémie relancera la pandémie comme avant est juste une bêtise.

Lire aussi| Marché des capitaux : le projet de loi relatif au prêt de titres adopté en conseil de gouvernement

 
Article précédent

Distribution : Seat au Maroc désormais dans le giron de CAC

Article suivant

Suivez le LIVE de l’émission « Décryptage » de radio MFM