Bourse

La Bourse de Casablanca en nette progression


Après deux semaines dans le rouge, la place boursière casablancaise a fortement rebondi. Cette bonne performance est à mettre à l’actif de la bonne tenue de la majorité des valeurs cotées, notamment les Blue-chips. La Bourse de Casablanca a évolué tout au long de la semaine (du 05 au 09 décembre) sur un trend haussier continue. Elle se dirige à pas sûrs vers un exercice positif sur plus d’un plan, avec à l’appui une importante réforme enclenchée, l’arrivée de poids lourds sur la cote et la finalisation d’opérations stratégiques,  Tirant profit de l’afflux des habituelles opérations de Window-dressing de fin d’année, la Bourse de Casablanca devrait s’orienter positivement durant le mois de décembre 2016. Selon les pronostics des analystes de Crédit du Maroc Capital (CDMC).
Les analystes financiers mettent également en avant l’amélioration de la liquidité du marché financier susceptible d’inciter les investisseurs à s’orienter davantage vers le marché Actions, notamment avec la stabilité des taux obligataires.


 Au terme de la dernière semaine, le Masi (indice global composé de toutes les valeurs de type action) a enregistré un nouveau plus haut annuel, soit 10.957,24 points (+3,16%), ce qui porte à 22,76% sa performance « Year-To-Date » (YTD). Pareil pour le Madex (indice compact composé des valeurs cotées au continu) qui se hisse de 3,36% à 8.977,97 points, plaçant sa performance annuelle à 23,75%.


L’impulsion haussière de la cote durant cette semaine émane, d’après le CDMC, des performances affichées par la totalité des Blue-chips notamment, BMCE Bank (+6,50%), BCP (+5,06%), Cosumar (+4,03%), Itissalat Al-Maghrib « IAM » (+3,73%) et Addoha (+2,81%). 


Le trend est entériné par l’indice international, FTSE CSE Morocco 15, comprenant les grandes capitalisations les plus liquides, qui grimpe de 3,90% à 9.858,83 points, au moment où le FTSE Morocco All-Liquid, en ascension de 3,47% s’établit à 9.364,36 points, soit des variations respectives de +32,79% et +25,16 pc depuis le début de l’année.

La capitalisation boursière globale de la cote est elle aussi dans le vert. Elle s’établit à 551,40 milliards de dirhams (MMDH), en enrichissement de +16,61 MMDH par rapport à la semaine précédente, soit un gain de +3,11%, relève le CDMC dans sa revue hebdomadaire. 


Négocié à près de 64% sur le marché officiel, le volume d’affaires hebdomadaire totalise 2,33 MMDH en forte appréciation de 1,75 MMDH par rapport à une semaine auparavant. A ce niveau, le duo BMCE Bank et Addoha capte, à lui seul, près de 42% du volume de la semaine, notant que les valeurs Cosumar et BCP se positionnent, loin derrière, concentrant, ensemble, plus de 24% du flux transactionnel de la semaine. Du côté du marché de blocs, 1.068.238 actions IAM ont changé de main pour un CMP (Coût Moyen Pondéré) de 139 dirhams, tandis que 363.604 titres Attijariwafa bank ont été cédés au cours unitaire de 396 dirhams. Par ailleurs, 57.356 titres LafargeHolcim Maroc, dont le détachement de son dividende (à titre exceptionnel) de 170 dirhams par action à prélever sur le poste « prime de fusion » intervient aujourd’hui, ont été négociés à coût moyen de 2.224 dirhams. Les analystes financiers ont noté, dans ce sillage, que le trio concentre à lui seul près de la moitié du flux négocié sur ce compartiment.


Pour sa part, le volume global depuis le début de l’année atteint 31,87 MMDH, avec une part de 80,6% pour le marché central et 19,4% pour le marché de blocs, tandis que le volume quotidien moyen (VQM) ressort à 134,48 millions de dirhams.


 Les meilleures performances hebdomadaires ont été l’apanage de Sonasid, Timar, Saham Assurance et Résidences Dar Saada avec des hausses respectives de +16,56%, +14,29%, +10,20% et finalement +8,28%. En parallèle, S2M, SNEP, M2M Group et Zellidja accusent les plus fortes baisses de la semaine avec respectivement -5,90%, -6,43%, -7,43% et -11,41%.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Philips dévoile ses nouveaux systèmes d'éclairage connectés

Article suivant

« Atlantic Dialogues » 2016 : Quelles stratégies pour un bassin atlantique en mouvement ?