Sport

La CAF et les clubs marocains : le sort en est jeté

Il y a quelques semaines, pour ne pas dire quelques jours, on comptait encore cinq clubs de notre championnat de foot qui participaient en compétitions organisées par la Confédération Africaine de Football (CAF).


Sur les cinq clubs il en est resté quatre : Wydad, Raja, Agadir et Berkane. Le cinquième, Tanger, est tombé en Égypte contre le Zamalek, ce qui n’a rien d’offensant vu l’expérience de l’un et de l’autre, même si dans la capitale du Détroit, le public tangérois a estimé que son club méritait mieux malgré tout ce qu’on peut dire sur les Cairotes. Il faut raison garder, l’IR Tanger non seulement vivait sa première tentative en ligue des champions, mais encore son parcours peut prêter à discussion: depuis l’été dernier, lorsque Tanger remporta, avec brio, le titre de champion du Maroc et partant, se qualifiait pour la super compétition africaine, ce club fit le contraire de ce qui paraissait normal. Il changea d’entraîneur (3 fois en 6 mois) et ne sut pas retenir ses meilleurs joueurs, ceux-là même avec qui il avait remporté le titre national. Cette instabilité technique et administrative provoqua un flou dans la gestion et l’ire du public, colère qui ne demanda qu’à s’amplifier lorsque le chevronné club de Zamalek vint donner une leçon de stabilité, de celle que peut infliger une équipe qui a confiance en ses moyens et sa longue expérience. Pourtant, Tanger aurait pu réussir, mais ne réussissent que ceux qui croient en eux, et, d’évidence jamais l’IR Tanger ne donna l’impression de pouvoir ou de vouloir se dépasser.

Tant pis pour ce qui aurait pu être une belle aventure.

Aventure qui continue pour le Wydad, bousculé à Prétoria mais encore debout et surtout pour les 3 autres équipes marocaines. Sauf que par un tirage au sort incroyable, nos 3 représentants sont « tombés » ensemble dans le même groupe de qualification. Le quatrième de ce groupe A est le club congolais AS. Otobho d’Oyo.

Ce tirage a enflammé la machine des pronostics, plus ou moins fantasmés, chez la population footballistique locale. Il faut dire qu’au Maroc, où l’on n’est jamais à une contradiction près dans le domaine du foot, d’aucuns ont été un peu choqués, navrés, déçus de voir « tous » nos qualifiés obligés de s’escrimer (ou faut-il écrire s’entretuer ?) dans un même groupe. C’est qu’ici chez le supporter de base, on aurait souhaité que chaque équipe marocaine tombe dans un groupe différent, (il y en a quatre !) dans l’espoir, un peu fou, que les 3, Agadir, Raja et Berkane se qualifient pour les demi-finales. Illusion de grand chelem quand tu nous tiens et c’est parti pour les délires … !! Vous pensez chers messieurs, 3 marocains dans le dernier carré, c’est magique, c’est digne de notre Histoire et de nos nouvelles et légitimes ambitions !!!

Cependant, il y a le rêve et il y a la réalité. La réalité c’est que nos 3 clubs vont devoir faire attention plus que jamais et leurs responsables respectifs, de même que les joueurs, faire attention à ce qui se dit autour d’eux. Le football est propice à toutes les rumeurs et perméable à toutes les contrevérités. On peut y dire tout et n’importe quoi, et il y a des spécialistes qui vous enroberont leurs bobards de manière à les présenter comme des réalités incontestables. Ainsi, d’ores et déjà, le Raja est déclaré favori avec comme second, le Hassania d’Agadir, alors que la Renaissance de Berkane est supposée avoir des difficultés, voire une impossibilité à se qualifier.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Sothema inaugure trois nouvelles unités de production

Article suivant

Il y a 60 ans… naissait l’UNFP