EnergieFlash-eco

La centrale Tahaddart s’offre une cure de jouvence

La centrale Tahaddart à cycle combiné, située à 30 km au sud de Tanger, vient de connaître une révision majeure et élargie, la première du genre de son histoire.


Cette révision planifiée, qui a nécessité un arrêt complet et programmé de la centrale, consiste en la maintenance des principaux composants, notamment les composants lourds, à savoir : la turbine à gaz, la turbine à vapeur, l’alternateur ainsi que la chaudière principale de récupération. La particularité de cette révision majeure réside aussi dans le choix stratégique de la modernisation des deux turbines Siemens en procédant à l’extension de la durée de vie et la mise à niveau de la turbine à gaz ainsi que l’extension de la durée de vie de la turbine à vapeur. Quelques 400 personnes, dont plus de 100 experts internationaux, y ont travaillé chaque jour pendant près d’un mois pour tenir les délais fixés de cette maintenance exceptionnelle qui a nécessité, outre les pièces de rechange et l’outillage classique, la mobilisation sur site de machines spéciales nécessaires aux différentes interventions, tant techniques que technologiques. Cette modernisation donnera un nouveau souffle à la centrale, de façon à continuer à satisfaire, dans les meilleures conditions, les besoins du réseau électrique national.

Pour rappel, inaugurée en 2005 par SM le roi Mohammed VI et le roi Juan Carlos, la centrale Tahaddart est dotée d’une une capacité initiale de 380 MW qui, après cette maintenance, sera ramenée à plus de 400 MW. Outre le fait d’être la première centrale à cycle combiné en Afrique, la centrale Tahaddart a enregistré, depuis sa mise en service, d’excellentes performances et a atteint des records de fiabilité moyenne annuelle avec un taux de fiabilité de 99.9% durant les 4 dernières années.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Attijariwafa bank : 2 360 collégiens initiés à l’entreprenariat

Article suivant

Nouveau complexe hôtelier à l’aéroport Mohammed V