International

La Chine accélère le déploiement de sa monnaie numérique

Pékin déploie la première phase de cette opération dans plusieurs villes du pays. A partir de ce mois en cours, certains fonctionnaires et agents publics seront payés en e-RMB, la monnaie numérique développée par Pékin. Objectif: s’offrir une alternative fonctionnelle face au système de règlement en dollars.


La pandémie du Coronavirus, qui a pour point de départ la Chine, n’a fait que renforcer les tensions, déjà existantes sur fond économique, entre Pékin et Washington. Et dans cette guerre, la Chine vient de prendre un nouveau virage. En effet, selon The Guardian et la presse internationale, la Banque centrale chinoise a récemment décidé d’accélérer la création de la monnaie virtuelle e-RMB, qui devrait devenir la première monnaie numérique mise en circulation par une grande puissance mondiale. Dans le détail, la Chine devrait commencer des tests sur sa monnaie digitale via des paiements dans quatre grandes villes dès la semaine prochaine, rapportent des médias locaux.

Les premières opérations avec le e-RMB devrait ainsi concerner les villes de Shenzhen, Suzhou, une nouvelle zone au sud de Pékin, Xiong’an ainsi que dans des régions qui accueilleront certains des événements des Jeux Olympiques d’hiver de 2022 à Pékin. Les médias d’Etat rapportent également que le e-RMB a déjà été formellement incorporé au système monétaire des villes concernées et certains fonctionnaires et agents publics devraient même recevoir leurs salaires à partir du mois de mai en e-RMB. A Suzhou par exemple, la monnaie digitale sera utilisée pour subventionner le transport, alors qu’à Xiong’an, elle servira notamment dans l’alimentaire et le retail.

Lire aussi: La saison touristique pourrait être sauvée par les vacances scolaires

On apprend aussi que des enseignes telles que McDonalds et Starbucks ont donné leur accord pour faire partie de cette phase expérimentale. Les plateformes de e-commerce en Chine telles que Alipay et WeChat s’y sont déjà mises, sans toutefois remplacer les devises existantes. Rappelons qu’en avril dernier, l’Institut pour la recherche sur les monnaies digitales, relevant de la Banque Populaire de Chine, qui développe l’e-RMB, a assuré que la mise au point de cette monnaie digitale avance bien et que le projet se déroule selon les objectifs fixés.

«  Une monnaie numérique offre une alternative fonctionnelle au système de règlement en dollars et atténue l’impact de toute sanction ou menace d’exclusion tant au niveau du pays que de l’entreprise », a fait remarquer China Daily dans l’une de ses publications de la semaine dernière. « Cela peut également faciliter l’intégration dans les marchés des devises négociés à l’échelle mondiale avec un risque réduit de perturbation politique », précise aussi China Daily.

Notons que ce Yuan numérique sera utilisé avec des portefeuilles numériques téléchargés sur des appareils tels que les smartphones. Il est à noter que les sociétés sans espèces se sont imposées et ce, même dans les petites villes chinoises où les vendeurs de rue demanderont désormais à être payés en monnaie numérique. Toutefois, force est de remarquer que la Chine n’est le pays à avoir déjà une monnaie numérique nationale. C’est le cas déjà au Venezuela, ou encore en Uruguay avec e-peso. De même, la Suède étudie depuis un moment la possibilité de créer une couronne numérique.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

La saison touristique pourrait être sauvée par les vacances scolaires

Article suivant

Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce mercredi 13 mai