Santé

La Chine minimise le risque d’une nouvelle pandémie

La Chine, première touchée par la Covid-19, s’est voulue rassurante mercredi après la découverte dans le pays d’une souche de virus de grippe porcine présentant des caractéristiques de pandémie potentielle.


Le coronavirus, signalé pour la première fois à la fin de l’année dernière dans la métropole chinoise de Wuhan (centre), a depuis contaminé plus de 10 millions de personnes à travers le monde. Selon la plupart des scientifiques, le virus a probablement été transmis à l’homme depuis un animal. Un marché de la ville a été incriminé car il aurait vendu des animaux sauvages vivants.

Selon une étude parue lundi dans la revue scientifique américaine PNAS, des chercheurs ont découvert en Chine une souche de virus de grippe porcine qui « possèdent tous les traits essentiels montrant une haute adaptabilité pour contaminer les humains ». Les virus s’appellent G4 et descendent génétiquement de la souche H1N1 à l’origine d’une précédente pandémie en 2009. Interrogé à ce sujet, un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, a minimisé mercredi le danger, assurant que son pays continuerait « à surveiller la maladie, donner l’alerte (en cas de nécessité) et à la traiter en temps opportun ».

Lire aussi | Covid-19 : le virus détecté dans des eaux usées à Barcelone depuis 2019

Les auteurs de cette étude sont des scientifiques issus d’universités chinoises et du Centre de prévention et de lutte contre les maladies chinois. Ils ont réalisé, entre 2011 et 2018, 30.000 prélèvements nasaux sur des porcs dans les abattoirs de 10 provinces chinoises et dans un hôpital vétérinaire. Cette opération a permis d’isoler 179 virus de grippe porcine. Selon l’étude, les personnes au contact des porcs étaient relativement nombreuses à avoir été infectées (10,4%). « Les experts ont conclu que la taille de l’échantillon cité dans le rapport est petite et non représentative », a jugé Zhao Lijan.

Lire aussi | Economie : la Chine en passe de dépasser les Etats-Unis

D’après les scientifiques, les virus G4 seraient déjà passés chez l’Homme, mais il n’y a pas de preuve qu’ils puissent se transmettre d’humain à humain. En 2018, une épizootie de peste porcine africaine a décimé le cheptel chinois. La maladie avait entraîné une flambée du prix du porc, qui est de loin la viande la plus consommée dans le pays.

Avec AFP

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l’émission « Al Moukawil » de MFM Radio

Article suivant

Baccalauréat : toutes les mesures de prévention ont été prises