Energie

La communauté des Etats Sahélo-Sahariens se félicite du gazoduc reliant le Nigéria au Maroc

Hier, mercredi, Yusuf Usman, directeur d’exploitation de la Nigerian national petroleum corporation (NNPC) annonçait la construction d’un gazoduc reliant le Nigeria au Maroc.


La réalisation de ce grand projet s’est concrétisée par la signature d’un accord entre le Maroc et le Nigeria, lors d’une cérémonie présidée par le roi Mohammed VI et Mohammadu Buhari, président du Nigeria. Ce projet de grande envergure fera suite au gazoduc ouest-africain et profitera à de nombreux pays du continent. Le Secrétariat exécutif de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens a publié un communiqué saluant la déclaration faite hier par le directeur général de la Nigerian National Petroleum Corporation, annonçant le lancement du projet de gazoduc reliant la République fédérale du Nigéria au Royaume du Maroc.

Lire aussi | Début imminent de la construction du gazoduc Maroc-Nigéria

Ce projet à enjeu crucial et importance primordiale, entrepris par deux pays membres actifs de la CEN-SAD (Communauté des États sahélo-sahariens) et qui bénéficiera à plusieurs autres pays de la sous-région, s’inscrit dans la vision de l’Agenda 2063 de l’Union africaine. Ce projet contribuera certainement à la réalisation des Objectifs de développement durable, qui visent à accroître l’approvisionnement en gaz et en électricité en Afrique. La CEN-SAD salue ce grand projet intégrateur et novateur et souligne le rôle qu’il jouera en reliant les côtes atlantique et méditerranéenne.

Aussi et dans la même lancée, un appel a été lancé à tous les Etats membres concernés et à tous les partenaires du continent africain pour soutenir vigoureusement cette initiative dont les bénéfices économiques, politiques et sociaux sont multiples. La CEN-SAD a saisi l’opportunité d’exprimer son soutien au Royaume du Maroc et à la République fédérale du Nigéria pour leur ambition constante de promouvoir l’intégration africaine et le bien-être des populations de leurs pays respectifs et, par conséquent, de tous les peuples de l’espace sahélo-saharien.

Lire aussi | Cyber-attaque. Une quatrième guerre mondiale se pointe à l’horizon

 
Article précédent

Accor met en place un dispositif spécial MRE

Article suivant

L’Algérie face à ses démons