Société

La crise du Covid-19 compromet le retour à l’équilibre de Casa Patrimoine

On savait depuis 2019, que cette SDL (Société de Développement local) était au bord de la faillite. Maintenant, on en mesure l’ampleur. En effet, en à peine six ans d’activité, Casa Patrimoine, née d’une convention signée devant SM Le Roi Mohammed VI en 2014, a englouti à ce jour près de 30 millions de dirhams en pertes cumulées à cause d’un business model mal goupillé dès sa conception.


Ce trou constitué par les pertes cumulées d’année en année (dont 7 millions de dirhams pour le seul exercice 2018), a été comblé par un nouveau concours de 25 millions de dirhams apportés sous forme de compte courant associé par la ville de Casablanca qui en détient 55% aux cotés de la Région Casablanca-Settat, le GPBM et la FMSAR (deux structures qui représentent respectivement les corporations des banques et des assurances).

Lire aussi | Tourisme : les opérateurs pris à leur propre piège

Grâce à un virage radical il y a un an quant à son business model, Casa Patrimoine s’est délestée des grands travaux de restauration et de réhabilitation des édifices de la capitale économique ayant une valeur culturelle et/ou urbanistique, pour se concentrer sur la promotion du patrimoine culturel, via des études stratégiques et la requalification des espaces publics et paysagers. L’objectif est d’atteindre l’équilibre financier dès cette année, avec un chiffre d’affaires aux alentours de 7 millions de dirhams pour couvrir notamment les charges du personnel qui totalisent, à elles seules, près de 6 millions de dirhams.

Lire aussi | Dr Nabila Rmili : « les casablancais doivent être plus vigilants pour ne pas arriver au confinement »

Une sacrée gageure avec la crise du Covid-19, sachant que parmi les premiers clients de cette SDL se trouve la RAM, elle-même parmi les entreprises publiques les plus touchées par la crise économique corrélative à cette pandémie planétaire et qui lui avait commandé, en 2019, des dizaines de capsules promotionnelles pour diffusion dans les avions, affichage dans les aéroports et dans le magazine de la compagnie aérienne.

 
Article précédent

Dr Nabila Rmili : « les casablancais doivent être plus vigilants pour ne pas arriver au confinement »

Article suivant

Saaïd Amzazi : "la maison est la deuxième école de l’enfant, et son école sa deuxième maison"