ConjonctureFlash-eco

La croissance nationale devrait s’établir à 3,3%

Bank Al-Maghrib vient de livrer ses prévisions. Il en ressort que la croissance nationale devrait s’établir à 3,3% en 2018, après 4,1% en 2017, et revenir à 3,1% en 2019 avant d’augmenter à 3,6% en 2020.


« Les données publiées par le HCP pour le deuxième trimestre indiquent un niveau d’activité en deçà des prévisions. Tenant compte de ces réalisations et des indicateurs infra-annuels disponibles, la croissance devrait s’établir, selon les prévisions de Bank Al-Maghrib, à 3,3% en 2018 après 4,1% en 2017″ et revenir à 3,1% en 2019 avant d’augmenter à 3,6% en 2020 », a précisé la banque centrale mardi à l’issue de la 4ème et dernière session trimestrielle de son Conseil en 2018.

La valeur ajoutée agricole progresserait de 4,6% au lieu de 15,4%, tandis que le rythme des activités non agricoles est prévu en léger accroissement de 2,7% à 3,1%, a fait savoir la même source, précisant qu’à moyen terme, la croissance non agricole s’accélérerait à 3,4% en 2019 et à 3,7% en 2020.

Sous l’hypothèse d’un retour à une production céréalière moyenne de 80 millions de quintaux, la valeur ajoutée agricole reculerait de 0,8% en 2019, puis s’accroîtrait de 3,3% en 2020.

L’inflation devrait, pour sa part,  terminer l’année 2018 sur une moyenne de 2%, avant de revenir à 1% en 2019 et à 1,2% en 2020, alors que sa composante sous-jacente continuerait à évoluer à des niveaux modérés, se situant à 1,1% en moyenne cette année, à 1% en 2019 et atteignant 1,6% en 2020, selon Bank Al-Maghrib.

S’agissant de la composante sous-jacente de l’inflation, qui mesure la tendance fondamentale des prix, elle continuerait à évoluer à des niveaux modérés, se situant à 1,1% en moyenne cette année, à 1% en 2019 et atteignant 1,6% en 2020, fait savoir la même source.

Bank Al-Maghrib a également annoncé sa décision de maintenir inchangé le taux directeur à 2,25%, jugeant que son niveau actuel reste approprié.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Challenge #676

Article suivant

Aviculture : les opérateurs en pleine offensive sur le marché africain