High-Tech

La donnée client, une mine d’or pour les entreprises marocaines !

Depuis l’avènement de la révolution numérique et les réseaux sociaux, une quantité énormes de données est disponible. Bien gérées, ces données peuvent être très judicieuses en termes de marketing et de connaissance client.


L’agence digitale TNC Thenext.click a publié une étude sur les usages de la data et de la mesure d’audience par les entreprises marocaines. Il en ressort que plusieurs entreprises, principalement les grands groupes nationaux et internationaux, tels que Vivo Energy Maroc, Inwi, ou encore Toyota du Maroc, intègrent l’automatisation des outils marketing. Ce qui permet de créer des «dispositifs de contenus engageants et personnalisés». Mais ceci n’est qu’une première étape. Une stratégie marketing automatique, prend en compte le comportement du client tout au long de son processus d’achat et permet de personnaliser la communication à ce client, allant du premier contact (inscription à la newsletter, recherche de produits…) à l’acte d’achat, avec envoi de mails automatiques par exemple en fonction du comportement de l’internaute.

L’entreprise, à travers son site internet, ses points de vente, ou encore ses réseaux sociaux, a accès à une mine d’informations non négligeables. Ces données sont appelées «1st party Data», elles sont propriété de l’entreprise. A travers des partenariats avec d’autres entreprises elle peut collecter de l’information sur des clients potentiels, il ne serait par exemple pas surprenant qu’un magasin de sport ait un partenariat de ce type avec une salle de sport. Ces données sont appelées les données «2nd party». Les données «3rd party» sont celles qui sont achetées par les entreprises auprès d’entreprises spécialisées dans la collecte, comme Facebook ou LinkedIn.

Cependant, la gestion de ces données est de plus en plus scrutée, et l’arsenal législatif est mis à jour. La loi 08/09 sur la protection des données au Maroc, ou la loi RGPD en Europe (qui a un impact extraterritorial), apporte un cadre légal à ces pratiques afin d’éviter tout problème. Tant que l’utilisation des données permet de calibrer l’offre par rapport au client, elle est bénéfique, aller au-delà ouvrirait une boite de Pandore très problématique.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Le français Eurostyle Systems lance une deuxième usine au Maroc

Article suivant

CCG : 5,46 milliards de DH de crédits garantis aux entreprises sur le 1er trimestre