Holding

La face cachée de l’Africain le plus riche qui s’est allié à l’OCP

Avec la visite royale au Nigéria, le monde des affaires découvre que l’Africain le plus riche, Aliko Dangote, a signé à Abuja un accord stratégique avec le groupe OCP, visant la construction d’une plateforme de production d’engrais au Nigeria, alimentée par du phosphate marocain et du gaz nigérian.


Des actifs en commun avec l’OCP de 2,5 milliards de dollars

Ce partenariat prévoit, dans une première phase, la mise en commun d’unités de productions complémentaires, en cours de construction, à Jorf Lasfar et à Lekki Free Zone au Nigéria dans une nouvelle structure dont l’actionnariat sera porté par le groupe OCP et par l’une des filiales du milliardaire, Dangote Industries. Ces actifs ont nécessité un investissement de 2,5 milliards de dollars déjà engagés par les deux groupes. La nouvelle structure commune développera par la suite une usine d’engrais additionnelle au Nigéria avec une capacité annuelle initiale d’un million de tonnes à horizon 2018, et qui pourrait être portée à 2 millions de tonnes à terme. Qui est ce nouvel allié du Groupe OCP ?

Une fortune personnelle de 16,7 milliards de dollars

Derrière ce tycoon nigérian de 59 ans se cache un homme à la fois discret, qui dispose d’une fortune personnelle estimée par la revue Forbes en 2016 à 16,7 milliards de dollars (14,6 milliards d’euros). Une somme qui fait de lui le 51ème homme le plus riche du monde (67 ème en 2015). D’où vient sa fortune ? En véritable tycoon des affaires, il est présent dans les activités de production de sel, de sucre, de farine, du ciment, la plupart de ses entreprises sont cotées en Bourse. Marié, père de trois enfants, Aliko Dangote vit à Lagos, au Nigéria. Il est l’Africain le plus riche pour la sixième année d’affilée, note Forbes. Il est maintenant plus riche que certains des milliardaires les plus remarquables de la planète, y compris Aisher Usmanov, l’homme le plus riche de Russie, et que l’indien Lakshmi Mittal. Sa richesse s’étend à d’autres sociétés cotées en bourse, notamment Dangote Sugar et National Salt Company of Nigeria. Le magnat nigérian détient également des participations dans des sociétés de premier ordre, comme les groupes bancaires UBA et Zenith Bank ainsi qu’un vaste portefeuille de propriété et d’autres signes habituels de la richesse comme ses jets privés et ses yachts. « Dangote était destiné à briller dans les affaires », constate Mfonobong Nsehe, contributeur pour le magazine Forbes . « A 8 ans, il aurait apparemment donné des paquets de bonbons qu’il avait préparés aux employés de la maison pour qu’ils les vendent pour lui. » Son père Mohammed Dangote était un homme d’affaires prospère et associé de son oncle maternel, Alhaji Sanusi Dantata, celui qui lui a prêté son premier fonds de commerce.

Le roi du ciment en Afrique

Aliko a commencé son business de ciment en 2000 et a inauguré sa première usine en 2003. Il a introduit en Bourse en 2010 Dangote Cement, la plus grande entreprise de ciment en Afrique.  Le marché du ciment  qui représente environ 85 % de son activité, est son principal champ de bataille. Cette activité lui a rapporté 2,1 milliards d’euros en 2015.  D’une manière générale, il se raconte que son empire, le plus puissant du continent avec des usines dans 18 pays, il le doit à une stratégie très simple : obtenir du pouvoir politique que certaines importations soient freinées ou bloquées, puis démarrer une production locale en visant le monopole. Cela a été le cas, dit-on, dans trois secteurs : le sucre, la farine et surtout le ciment.

Sa philosophie, l’Afrique aux Africains

Quoi qu’il en soit, Dangote a toujours crié sous tous les toits ou encore à tous les chefs d’Etat africains qui lui déroulent le tapis rouge que l’Afrique ne s’enrichira pas tant qu’elle continuera à exporter des matières premières et à importer des produits transformés hors du continent. Si son dernier projet en date est celui qu’il a signé avec l’OCP, il est encore actuellement sur un autre mitoyen d’ailleurs avec son usine commune avec le phosphatier marocain : une méga-raffinerie de pétrole dans un nouveau complexe industriel à Lekki, en périphérie de Lagos. Prévue pour être opérationnelle en 2018, sa capacité de 650 000 barils par jour la mettra dans le top dix mondial et permettra au Nigeria, premier producteur africain de pétrole, de cesser d’importer des produits raffinés. Jusque-là, loin du secteur pétrolier, ce projet lui permettra de mettre la main sur plus de la moitié du marché de l’essence au Nigeria. A noter que tous ses nouveaux projets dans le nord du Nigeria, musulman et plus pauvre que le sud où l’un de ses proches, Sanusi Lamido Sanusi, l’ancien gouverneur de la Banque centrale du Nigeria est devenu émir (chef traditionnel et religieux) de Kano. Pour autant, Dangote, qui a étudié à la prestigieuse université Al-Azhar du Caire poursuit son expansion dans le sud du pays où il espère prendre le contrôle de Peugeot Nigeria, la seule usine automobile d’Afrique subsaharienne.

 
Article précédent

Le salon Index North Africa : les grands du secteur répondent présents

Article suivant

Recrutement : Le plus grand forum organisé par une business school au Maroc