Agro-Industrie

La famille Alleon verrouille le contrôle du Comptoir Agricole du Souss

Comme on l’a annoncé sur ces colonnes il y a encore quelques semaines, le secteur marocain de l’agrochimie et l’agrofourniture, en général, est en pleine effervescence en opérations stratégiques de tout genre (ouverture de capital, rachat, développement territorial, rapprochement…).


Cette fois-ci, c’est le leader marocain incontesté de la distribution des produits phytosanitaires, le Comptoir Agricole du Souss, qui connait une consolidation de son tour de table. En effet, la famille fondatrice de cet acteur basé à Agadir et qui compte parmi les 200 entreprises marocaines les plus importantes (par leur taille en chiffre d’affaires), vient d’en verrouiller le contrôle en hissant sa détention du capital de 61,2% à 73,2%.

L’opération s’est matérialisée par la cession au prix de plusieurs dizaines de millions de dirhams de quelque 4.800 actions par deux associés minoritaires au profit de trois membres de la famille Alleon. Elle permet, au passage, à la famille Alleon (bien connue dans la région d’Agadir pour avoir été derrière plusieurs success stories locales) de prendre le contrôle absolu de la société (plus des deux tiers du capital) créée en 1967 par le patriarche de la famille et actuel président, Philippe Alleon.

Rappelons qu’au cours des derniers mois, l’autre leader du secteur, à savoir CMGP (numéro un au Maroc des équipements d’irrigation), est tombé dans l’escarcelle du géant du capital investissement DPI (Development Partners International), alors que deux acteurs de taille moyenne opérant dans le phytosanitaire, à savoir Philéa et Soprochiba ont respectivement changé de main et opéré un investissement de développement majeur. Quant au Comptoir Agricole du Souss, il est à préciser que son chiffre d’affaires frôle la barre des 800 millions de dirhams pour un résultat net de près de 70 millions de dirhams.

En plus d’un demi-siècle d’existence, cet acteur majeur de son secteur dispose d’un catalogue de produits des plus larges allant des semences, aux produits phytosanitaires en passant par les biostimulants, les filets agricoles ou encore le matériel d’irrigation.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Services publics en ligne : la Cour des Comptes publie son rapport

Article suivant

Club Med : De nouveaux projets dans le pipe