Produits laitiers

La Fimalait passe à l’attaque

Didier Lamblin le reconnaît : les professionnels du secteur laitier marocain ont péché par leur discrétion.


« Pour rétablir la vérité sur ce qu’est historiquement le lait au Maroc, en matière de qualité et nutritionnel. Nous avons pêché sur le sérieux de cette profession en étant, pas volontairement, discrets. Nous avons pris conscience qu’il fallait prendre la parole », explique le président de la Fédération interprofessionnelle marocaine du lait (Fimalait). Première concrétisation de cette prise de parole : le TEDx « La Nuit du Lait », organisé à Casablanca le mercredi 29 novembre 2017. Nutritionnistes, influenceurs, producteurs laitiers et experts ont ainsi leurs habitudes de consommations du liquide biologique, tout en mettant en exergue ses qualités nutritionnelles.

Ce premier TEDx s’inscrit dans une campagne de sensibilisation qui s’étalera sur plusieurs mois. Objectif visé par la Fimalait : contrecarrer la chute de la consommation de produits laitiers et  redorer ainsi le blason des produits laitiers et de ses dérivés. Le budget consacré à cette opération, bien qu’il ne soit pas communiqué, est colossal selon un des membres de la Fédération. Et pour cause, les producteurs ont depuis début 2017, tour à tour, fait des sorties médiatiques pour dire combien la situation était devenue alarmante en matière de consommation. En réalité, il y a eu depuis 2014 une baisse de 1,4% des ventes de produits laitiers. Deux facteurs majeurs sont mis en avant par les membres de la Fimalait : la baisse de l’indice de confiance des ménages, qui est passé de 79 points en moyenne entre 2008 et 2013 à 74 points entre 2014 et 2016 en raison de virulentes attaques semant le doute sur les bienfaits du lait. Le second facteur serait lui lié aux pressions sur le pouvoir d’achat des consommateurs.

Pour rappel, le marocain consomme 72 litres de lait par an et par habitant, contre 90 litres recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Attijariwafa bank : hausse de 15,8% du RNPG

Article suivant

L'éco-cité Zenata ambitionne de créer 100.000 emplois