Enseignement

La Fondation Marocaine de l’Étudiant solidaire avec les bacheliers démunis

La Fondation Marocaine de l’Étudiant lance « L’appel des 96 » qui vise à accompagner plus de 5.000 bacheliers répertoriés pour l’année 2019 et qui se trouvent en situation financière très difficile.


Soutenir financièrement les bacheliers en situation financière très difficile. C’est l’objectif que s’est assigné la Fondation Marocaine de l’Étudiant (FME) en lançant « L’appel des 96 », qui consiste à prendre en charge 96 jeunes grâce aux dons de 1.000 personnes.

La Fondation entend ainsi mobiliser et sensibiliser les donateurs et les mécènes à accompagner plus de 5.000 bacheliers répertoriés pour l’année 2019, et qui se trouvent en situation financière très difficile, par des dons de 100 DH, 200 DH ou plus par mois. « L’avenir des jeunes académiquement excellents de notre pays ne doit pas dépendre de déterminismes sociaux ou territoriaux, il est de notre devoir d’agir », indique Hamid Ben Elafdil, président de la Fondation Marocaine de l’Étudiant. Et d’ajouter : « Avec plus de 35 millions d’habitants, si seulement 1.000 personnes donnent 100 ou 200 DH par mois, l’effort collectif paiera ».

Appel aux dons

Dans le cadre de sa mission, la Fondation Marocaine de l’Étudiant a enregistré pour la seule année 2019 plus de 5 000 dossiers de candidatures, provenant de tout le royaume. Sur les 5 000 demandes recensées, 65% sont des filles. Aussi, la Fondation a enregistré 589 demandes provenant d’orphelins (dont 485 de père, 56 de mère et 20 des 2 parents). On compte également près de 500 pensionnaires des établissements de protection sociale qui devront, à l’issue de l’obtention de leur bac, quitter ces établissements et vont ainsi se retrouver sans point de chute pour la poursuite de leurs études. La FME déplore le fait qu’elle soit freinée dans son élan et peine à apporter son aide autant qu’elle l’aurait souhaitée aux étudiants. En effet, pour la promotion 2019, à ce jour, et avec les fonds dont elle dispose, seules 15 bourses seront octroyées à de nouveaux boursiers.

Pour attirer plus de donateurs, la Fondation a fait appel au cinéaste Rachid El Ouali et l’actrice Naima Lamcharki pour la production de capsules vidéos sur le parcours de 4 jeunes sur les 1 500 vies accompagnées par la fondation au cours des 18 années passées. Selon les responsables de la Fondation, « ces capsules feront le tour de la toile, pour sensibiliser la population sur cette dramatique situation, avec le hashtag #amaletlesautres. ‘’Amal’’ est le prénom choisi pour porter l’une des histoires inspirée d’un cas réel d’une jeune boursière de la fondation avec la connotation espoir ». L’objectif est de faire un tour d’horizon avec ces histoires pour montrer qu’il existe encore de nos jours, des jeunes gens combatifs, ambitieux et déterminés à réussir, mais qu’ils sont souvent freinés par leurs conditions socio-économiques.

Il est à noter que pour chaque étudiant inscrit dans un établissement universitaire privé, l’investissement moyen annuel s’élève à 25.000 DH au Maroc (hors frais de scolarité et filières spécifiques). Ce montant est plus élevé pour accompagner certaines filières comme l’ingénierie ou encore l’architecture, et il est multiplié par 5 pour des études à l’étranger.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Kenza Lahlou : "Nous développons notre positionnement en Afrique francophone"

Article suivant

Tripoli : Six Marocains blessés dans le raid aérien contre un centre pour migrants