Investissement

La France réserve 2,5 milliards d’euros aux PME africaines

L’Hexagone ambitionne de devenir la plateforme du capital investissement vers l’Afrique. 


Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a appelé à renforcer le rôle de la France comme « plateforme » pour le capital investissement pour l’Afrique, en incitant les gestionnaires d’actifs français à « se déployer » sur le continent.

« Le financement des entreprises est le premier défi à relever pour développer les économies du continent africain », a souligné le ministre lors de la deuxième édition du forum Ambition Africa qui s’est tenu mercredi et jeudi à Bercy. « Pour relever ce défi, la France a un rôle à jouer : nous voulons devenir la plateforme du capital investissement vers l’Afrique », a-t-il ajouté, rappelant que le président Emmanuel Macron avait pris cet engagement lors de son déplacement au Burkina Faso il y a deux ans.

Avec l’initiative Choose Africa, lancée en mars dernier à Dakar, la France a choisi de consacrer 2,5 milliards d’euros au financement des PME africaines, soit un milliard en fonds propres et 1,5 milliard en dette et en garanties. Pour le financement en fonds propres, le ministre a demandé à Proparco, la filiale de l’Agence française de développement (AFD) dédiée au secteur privé, de « lancer un appel à manifestation d’intérêt pour inciter les gestionnaires d’actifs français à se déployer en Afrique ».

Cette initiative « permettra de sélectionner plusieurs fonds d’investissements dans lequel Proparco investira et jouera ainsi un rôle d’investisseur clé pour entraîner les capitaux vers le continent africain », a-t-il affirmé. Bruno Le Maire a également insisté sur le besoin « d’investir mieux » en Afrique, exigeant que les financements français soient « exemplaires » et « respectent les plus hauts standards en matière de lutte contre la corruption ou de lutte contre les ententes tacites ».

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Pollutec 2019 sous le signe de l’innovation

Article suivant

PLF : Benchaâboun face au patronat