Flash-ecoHolding

La maison mère de Hyundai Maroc accélère son développement au royaume

Après avoir appointé un gérant unique à la tête de sa principale filiale opérationnelle marocaine, le groupe saoudien Bugshan passe à la vitesse supérieure en portant le capital de sa holding à la tête de ses activités au Maroc à plus d’un demi-milliard de DH.


En effet, le groupe basé à Jeddah vient de recapitaliser Global Assets à hauteur de 363 millions de DH (en en hissant le capital à près de 536 millions de DH). Ce renflouement massif des fonds propres de Global Assets intervient alors que la filiale Global Engines, l’importateur et représentant exclusif au Maroc du constructeur automobile coréen Hyundai, accélère ses investissements et que les autres entités immobilières nourrissent également de grandes ambitions. Il faut dire que Global Engines, qui a repris la carte Hyundai pour le territoire marocain au début des années 2000, est déterminée à préserver son statut d’importateur automobile asiatique le plus vendu au Maroc (près de 10.000 véhicules écoulés en 2017 bien loin devant Nissan et Toyota qui ont vendu respectivement 6 817 et 3 699 unités). D’ailleurs, le groupe a récemment investi quelques 60 millions de DH dans son nouveau showroom à Marrakech (le 27ème de son réseau marocain) et ce parallèlement au lancement de son nouveau modèle Ioniq, la toute première compacte hybride de la marque coréenne.

Rappelons que Bugshan qui a été fondé en 1925 est l’un des plus grands groupes du Moyen-Orient. Avec des filiales au Maroc, en Algérie, au Yémen, en Égypte et aux Émirats arabes unis, ce groupe familial opère dans des secteurs variés tels que l’automobile, les parfums et produits cosmétiques de luxe, l’électronique, l’immobilier, la gestion touristique, l’équipement de construction et les pneumatiques (où il opère en tant qu’importateur exclusif de la marque Bridgestone en Algérie et au Yémen).

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Société Générale fait du Maroc son hub technologique pour l’Afrique

Article suivant

La justice sociale interpelle les finances publiques : le 12ème forum de FONDAFIF