Entreprise

La maison mère de M2M veut lever 300 millions de DH

Quelques mois après avoir dévoilé le nom de sa cible française, en l’occurence DFI, le marocain RMK Holding s’apprête à lever quelque 300 millions de dirhams.


La maison mère du groupe monétique M2M est en passe de sécuriser le financement de sa première opération de croissance externe à l’international et ce, auprès d’un fonds d’investissement étranger. Pour l’instant, rien ne filtre sur les termes de l’accord provisoire conclu entre les parties, mais le nouvel investisseur qui devra rejoindre le tour de table du groupe technologique contrôlé par le fondateur et premier dirigeant du groupe, Redouan Bayed, aura une position de minoritaire important (plus de 25%) d’une holding qui brasse à travers des filiales dédiées plusieurs métiers en forte croissance.

Lire aussi : Paiement électronique : la filiale de M2M Group se positionne

Outre celui de la nouvelle filiale française, à savoir les «services & data management», les solutions expertes pour le Cloud, l’intelligence artificielle, l’Internet des objets et le Blockchain, RMK Holding est déjà présente à travers M2M Group (entité cotée à la bourse de Casablanca depuis 2007) dans les solutions et systèmes monétiques, mais également dans l’activité d’établissement de paiement par l’entremise de NAPS et le métier de concession de services publics à valeur ajoutée exercé par Assiyaqa Card, filiale du groupe RMK en charge de l’édition et du renouvellement des permis de conduire et cartes grises, ainsi que toutes les opérations de back office y afférant.

Selon une source proche du dossier, l’opération DFI devra «consommer», à elle seule, près de la moitié des nouveaux fonds en cours de levée par RMK Holding, alors que le reste profitera essentiellement à partir de début 2020 à NAPS, la filiale qui a été l’un des premiers opérateurs à obtenir auprès de Bank Al-Maghrib l’agrément d’établissement de paiement en fin 2017 et qui a un plan de développement des plus ambitieux avec l’objectif d’atteindre, dès fin 2019, quelque 12.500 commerçants (contre un millier en début d’année) pour un volume transactionnel de 5 milliards de dirhams dans le segment de l’acceptation monétique et une communauté de 500 e-commerçants générant un volume de 900 millions de dirhams pour un total de 2 millions de transactions dans le métier du e-commerce.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

On n’oubliera jamais la VAR au Hay Mohammadi

Article suivant

La sécheresse, un danger