BusinessChallenge news

La moitié des DG touchent entre 30.000 et 50.000 DH

Selon les données du groupe Rekrute, les métiers «récents» sont les mieux rémunérateurs pour les employés et le middle management.


Challenge. Quels sont les principaux critères à prendre en compte dans un classement des métiers les mieux rémunérateurs?
Paola Tumbarello. L’analyse des niveaux de salaire reste un processus délicat dans lequel entrent de nombreux critères tels que le secteur d’activité, le type d’entreprise (PME, multinationale, grande entreprise ou groupe local), mais aussi la localisation géographique et d’autres contraintes à prendre en considération. Nous pouvons en effet observer que les grands groupes marocains rémunèrent en général mieux que les multinationales étrangères. Pour attirer des profils intéressants, les entreprises situées dans des zones éloignées sont parfois obligées de surenchérir sur les salaires (voir ce qui se passe à Tanger par exemple).  Il faut également savoir ensuite que, à poste égal, le niveau de formation, le nombre de langues maîtrisées, les expériences à l’étranger feront aussi la différence entre les rémunérations de deux managers.

C. Faut-il tenir compte, dans un classement pareil, des avantages en nature?
P.T. Il est évident que le package global fait partie de la rémunération bien que le niveau de salaire reste toujours la première chose négociée dans une embauche. Les avantages en nature sont de différents ordres, il y a en premier lieu les avantages sociaux, qui sont implicites (mutuelle, retraite), évidemment le véhicule (et son niveau de gamme), les primes sur objectifs, l’intéressement à la marche de l’entreprise. Cela fait systématiquement partie des négociations et que la question des avantages acquis est même posée lors de l’inscription des membres.

C. A quel niveau sont-ils les plus conséquents ?
P.T. Il est évident que plus on descend dans la hiérarchie, moins ces avantages sont présents, mais d’autres avantages peuvent être offerts de type tickets repas, frais, déplacements, primes d’Aïd, de représentation, taux de crédit avantageux etc…

C. Si vous deviez élaborer un classement des métiers les mieux rémunérateurs en 2012, lesquels seraient-ils et à quels salaires?
P.T. Il est d’abord important de distinguer les rémunérations par niveau de responsabilité. Si nous parlons des postes de direction, nous analysons les données du portail Exekutive.biz, dédié au recrutement des dirigeants qui comprend à ce jour plus de 6000 dirigeants marocains. Il est intéressant de noter qu’à ce niveau de responsabilité, il n’existe pas de différences notables entre les différents métiers. Pour être plus précis, la répartition des salaires sur les fonctions de direction (administrative, support, marketing, etc…), se situe à 60% entre 30.000 et 40.000 dirhams et à 20% entre 40.000 et 50.000, et ce, quelles que soient les fonctions. Cependant, les rémunérations des postes de direction générale sont évidemment au-dessus de ces niveaux, avec presque la moitié qui gagne entre 30 et 50.000 dirhams et environ 30% entre 50 et 80.000 dirhams.

C. Et concernant les autres ?
P.T. Il est aussi très intéressant de se pencher sur les autres types de postes offerts sur ReKrute.com (employés, middle management). Sur la base de nos 350.000 inscrits, l’analyse est très fine et traduit des conclusions tout à fait objectives sur le marché marocain. Nous avons également pris la peine d’analyser le côté postes offerts et les niveaux de rémunérations proposées par les recruteurs pour comparer l’offre et la demande. Globalement, il n’y a pas de discordance flagrante entre les deux. Au travers de cette analyse, nous remarquons que les métiers récents, tels que la gestion de projet – R&D, les métiers liés à l’environnement, le marketing, le e-business, font clairement partie des métiers les plus rémunérateurs avec des salaires oscillant entre 8 et 20.000 dirhams nets (en moyenne). D’autres secteurs en croissance rémunèrent également bien, tels que la promotion immobilière, les ressources humaines, le BTP, l’audit et le conseil ou encore la communication.
Certains secteurs en revanche, ne suivent pas cette tendance, comme l’hôtellerie ou encore les call centers (salaires entre 4 et 6.000 dirhams), ce qui est logique, par rapport aux types de postes proposés. Ces filières restant néanmoins de très bonnes voies pour se forger des premières expériences et progresser avec les années. Il est en outre à noter que certaines fonctions restent totalement hétérogènes, dépendant des politiques propres aux  entreprises, comme la fonction commerciale qui s’étale de 4 à 30.000 dirhams !

Selon les données du groupe Rekrute, les métiers «récents» sont les mieux rémunérateurs pour les employés et le middle management.

Challenge. Quels sont les principaux critères à prendre en compte dans un classement des métiers les mieux rémunérateurs?
Paola Tumbarello. L’analyse des niveaux de salaire reste un processus délicat dans lequel entrent de nombreux critères tels que le secteur d’activité, le type d’entreprise (PME, multinationale, grande entreprise ou groupe local), mais aussi la localisation géographique et d’autres contraintes à prendre en considération. Nous pouvons en effet observer que les grands groupes marocains rémunèrent en général mieux que les multinationales étrangères. Pour attirer des profils intéressants, les entreprises situées dans des zones éloignées sont parfois obligées de surenchérir sur les salaires (voir ce qui se passe à Tanger par exemple).  Il faut également savoir ensuite que, à poste égal, le niveau de formation, le nombre de langues maîtrisées, les expériences à l’étranger feront aussi la différence entre les rémunérations de deux managers.

C. Faut-il tenir compte, dans un classement pareil, des avantages en nature?
P.T. Il est évident que le package global fait partie de la rémunération bien que le niveau de salaire reste toujours la première chose négociée dans une embauche. Les avantages en nature sont de différents ordres, il y a en premier lieu les avantages sociaux, qui sont implicites (mutuelle, retraite), évidemment le véhicule (et son niveau de gamme), les primes sur objectifs, l’intéressement à la marche de l’entreprise. Cela fait systématiquement partie des négociations et que la question des avantages acquis est même posée lors de l’inscription des membres.

C. A quel niveau sont-ils les plus conséquents ?
P.T. Il est évident que plus on descend dans la hiérarchie, moins ces avantages sont présents, mais d’autres avantages peuvent être offerts de type tickets repas, frais, déplacements, primes d’Aïd, de représentation, taux de crédit avantageux etc…

C. Si vous deviez élaborer un classement des métiers les mieux rémunérateurs en 2012, lesquels seraient-ils et à quels salaires?
P.T. Il est d’abord important de distinguer les rémunérations par niveau de responsabilité. Si nous parlons des postes de direction, nous analysons les données du portail Exekutive.biz, dédié au recrutement des dirigeants qui comprend à ce jour plus de 6000 dirigeants marocains. Il est intéressant de noter qu’à ce niveau de responsabilité, il n’existe pas de différences notables entre les différents métiers. Pour être plus précis, la répartition des salaires sur les fonctions de direction (administrative, support, marketing, etc…), se situe à 60% entre 30.000 et 40.000 dirhams et à 20% entre 40.000 et 50.000, et ce, quelles que soient les fonctions. Cependant, les rémunérations des postes de direction générale sont évidemment au-dessus de ces niveaux, avec presque la moitié qui gagne entre 30 et 50.000 dirhams et environ 30% entre 50 et 80.000 dirhams.

C. Et concernant les autres ?
P.T. Il est aussi très intéressant de se pencher sur les autres types de postes offerts sur ReKrute.com (employés, middle management). Sur la base de nos 350.000 inscrits, l’analyse est très fine et traduit des conclusions tout à fait objectives sur le marché marocain. Nous avons également pris la peine d’analyser le côté postes offerts et les niveaux de rémunérations proposées par les recruteurs pour comparer l’offre et la demande. Globalement, il n’y a pas de discordance flagrante entre les deux. Au travers de cette analyse, nous remarquons que les métiers récents, tels que la gestion de projet – R&D, les métiers liés à l’environnement, le marketing, le e-business, font clairement partie des métiers les plus rémunérateurs avec des salaires oscillant entre 8 et 20.000 dirhams nets (en moyenne). D’autres secteurs en croissance rémunèrent également bien, tels que la promotion immobilière, les ressources humaines, le BTP, l’audit et le conseil ou encore la communication.
Certains secteurs en revanche, ne suivent pas cette tendance, comme l’hôtellerie ou encore les call centers (salaires entre 4 et 6.000 dirhams), ce qui est logique, par rapport aux types de postes proposés. Ces filières restant néanmoins de très bonnes voies pour se forger des premières expériences et progresser avec les années. Il est en outre à noter que certaines fonctions restent totalement hétérogènes, dépendant des politiques propres aux  entreprises, comme la fonction commerciale qui s’étale de 4 à 30.000 dirhams !

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

La surprise du chef

Article suivant

La malchance, l’arrogance et l’incompétence