Economie

La nutrithérapie, la médecine du 3ème millénaire


La médecine à base de produits naturels a de plus en plus d’adeptes, que ce soit au Maroc ou à l’étranger.

D

e plus en plus, au Maroc, comme à l’étranger, les patients cherchent des alternatives à la médecine conventionnelle parce que celle-ci, dans certains cas, ne leur apporte pas toutes les réponses qu’ils  attendent. C’est ainsi qu’on s’aperçoit que le citoyen lambda est à la recherche d’une médecine plus douce, et surtout naturelle, pour minimiser les effets secondaires que des médicaments à base chimiques peuvent induire. En France, Santé & Nutrition, un service d’information électronique sur les nouvelles découvertes de la médecine naturelle, a fait de ce sujet son crédo. Des dossiers sur : «Stratégie complète contre l’arthrose», «vaincre le diabète par l’alimentation, la révolution de la nutrition scientifique», «reprenez le contrôle de votre prostate», «n’attendez-pas que votre médecin vous déclare Alzheimer» sont proposés aux abonnés. Des «recettes» à base de produits naturels sont aussi proposées pour chaque type de maux. Mais les rédacteurs tiennent néanmoins à préciser que si pour certaines personnes, la santé naturelle marche là où la médecine conventionnelle a échoué, que dans un grand nombre de maladies, il existe des pistes, il n’en demeure pas moins que la prudence est de mise. « Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés.

Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre (…) Les substances, même si elles sont naturelles, ne doivent jamais être utilisées imprudemment. Dans tous les cas, et en particulier si vous êtes sous traitement médical, vous devez demander l’avis de votre médecin ».  La précaution est donc de mise. Santé & Nutrition propose donc de guider ses lecteurs sur les recherches réalisées sur cette « médecine » que l’on appelle la nutritéraphie, qui aide l’organisme à guérir grâce à des aliments sains et des nutriments ciblés. Selon les initiateurs de la lettre électronique, des médecins avant-gardistes la considèrent même comme celle qui va révolutionner le troisième millénaire, que ce soit pour les maladies légères (rhume , grippe…) ou plus sévères (diabète, AVC…). Pour le diabète par exemple, les rédacteurs de la lettre électronique n’hésitent pas à s’appuyer sur des recherches de l’Université de Newcastle, au Royaume-Uni qui ont suivi des diabétiques en surpoids publiés dans la revue médicale Diabetologia, éditée par l’Association Européenne pour l’Etude du Diabète. Durant 8 semaines, nous apprend-on, ils leur ont fait suivre un régime alimentaire particulier très restrictif. Conclusions : pour tous les participants, la totalité des symptômes du diabète a disparu durablement sans recourir à aucun médicament chimique. Aussi, lorsque «les participants se sont mis à consommer des nourritures en principe interdites aux diabétiques, on s’est aperçu qu’une grande majorité d’entre eux réagissaient comme s’ils n’avaient jamais été malades».

Dans le cas des risques d’infarctus et d’AVC, les rédacteurs mettent en avant les conclusions du Docteur Michel Lorgeril, chercheur au CNRS, cardiologue, sur par exemple le cholestérol. « Il dénonce le fait qu’on donne à des millions de personnes fragiles du cœur des médicaments qui provoquent potentiellement de graves effets secondaires, alors qu’il existe des solutions naturelles qui permettent une réduction plus importante du risque cardiovasculaire, sans médicament, ou en tous cas avec un minimum de traitements – y compris pour les personnes qui ont déjà eu un infarctus et un AVC ». Santé & Nutrition cherche donc à éclairer ses lecteurs des bienfaits d’une médecine douce tout en apportant à l’organisme tout ce qu’il y a de plus naturel tout en mettant en garde contre les effets secondaires de certains médicaments. Par exemple ils citent le cas de l’aspirine qui est efficace contre beaucoup de douleurs… mais qui abime la paroi de l’estomac. Elle peut provoquer de graves saignements, parfois même des ulcères dans votre système digestif. C’est le cas de la cortisone aussi qui réduit les inflammations, mais stimule les infections. Les antibiotiques vont tuer certains germes, mais ils ravagent la flore intestinale. Les dossiers de Santé & Nutrition permettent alors de guider ses lecteurs pour utiliser, de manière ciblée, certains aliments et nutriments.

Les recettes

Parmi les « recettes » que citent les dossiers de Santé & Nutrition, on peut citer quelques exemples. Pour le rhume : prendre de la vitamine E et du zinc, pour les maux de tête et migraines : prendre du magnésium et la vitamine B2, pour l’hypertension : augmenter les apports de potassium et diminuer ceux de chlorure de sodium, pour la perte de cheveux : la vitamine D, la glutamine, la cystine, pour le mental : évitez le déclin lié à l’âge avec deux substances naturelles, l’acétyl-L-carnitine et la choline, pour réduire la mortalité cardiovasculiare : prendre l’huile de colza, l’huile de lin, des poissons gras, des noix, de la mâche, du potiron et pourpier etc. Les «pro» nutrithérapie ne manquent pas non plus de vanter les mérites de certains fruits comme la banane qui protège contre les infarctus. «Elle est une excellente source de vitamines B6 et de vitamine C, de fibres alimentaires et de manganèse. Mais elle contient aussi beaucoup de potassium, un élément qui s’est beaucoup raréfié dans l’alimentation des populations occidentales depuis 30 ans».

La pomme, quant à elle, peut être mangée pour se prémunir contre l’ostéoporose. « Elle contient de la procyanidine B-2, qui joue un rôle clé pour retarder les signes de vieillissement, prévient l’apparition de rides et stimule la croissance des cheveux. Des chercheurs français ont découvert qu’un flavonoïde appelé phloridzine, qui se trouve uniquement dans les pommes, peut protéger les femmes post-ménopausées de l’ostéoporose et peut également augmenter la densité osseuse», peut-on lire dans l’une des lettres mensuelles de Santé & Nutrition. Les avocats ne sont pas en reste. Ils seraient reconnus pour leurs propriétés anti-cholestérol et leur capacité à maintenir la santé cardiovasculaire. «Mais il y a du nouveau : selon les derniers résultats de recherche du Dr Steven M. D’Ambrosio et ses associés à l’Ohio State University, aux États-Unis, il semble que les composés phytochimiques extraits de l’avocat Haas (variété à peau rugueuse et sombre) sont capables de détruire les cellules cancéreuses par voie orale ainsi que d’empêcher les cellules pré-cancéreuses d’évoluer en cancer». La nutrithérapie a ses adeptes, dont le nombre augmente de plus en plus. Il n’y a qu’à voir le succès que rencontre l’émission du Dr Skalli sur Radio MFM. 

 
Article précédent

Le Consul Vladimir Baikov dresse son bilan

Article suivant

Les analystes de CFG croient au potentiel de la Cosumar