Flash-ecoInvestissement

La plateforme Winvestnet veut vendre l’Afrique aux investisseurs chinois

L’Afrique est aujourd’hui au centre de toutes les attentions.


L’Europe, les États-Unis, la Russie, le Brésil, la Chine, toutes les puissances mondiales se ruent sur le continent. Un regain d’intérêt qui est plutôt de bon augure. Surfant sur cette vague, Winvestnet, une plateforme d’investissement créée en 2008 par le Marocain Réda Rami et basée à Hong Kong, fait le pari de placer l’Afrique en pôle position dans l’agenda des investisseurs chinois, afin de drainer plus d’investissements de la part de la Chine vers le continent. «Le continent africain bénéficie d’un intérêt grandissant de la part des investisseurs du monde entier, et particulièrement des hautes instances chinoises qui l’ont bien signifié lors du dernier Forum Chine-Afrique (FOCAC), en présence de la majorité des leaders africains, avec une enveloppe dédiée de 60 milliards de dollars », fait remarquer Réda Rami, Président fondateur de Winvestnet. Pour réussir ce pari, Winvestnet, qui jouit d’un réseau d’agents dans 87 pays, avec une communauté de plus de 176.000 membres actifs, a récemment lancé une marketplace baptisée Africa Investment Marketplace, avec plus de 650 projets stratégiques et d’infrastructures dans 32 pays africains et des centaines d’investisseurs institutionnels chinois de renom. Et c’est bien sûr Casablanca qui a été choisie comme hub régional pour accueillir cette place de marché dédiée à l’investissement sur le continent africain. Rappelons que l’annonce de cette plateforme a été faite en marge de l’African Investment Meeting Roadshow2018, qui s’est tenu à Pékin en septembre dernier.

Offensive chinoise

« Le besoin de créer une place de marché regroupant les projets africains en quête de financement était devenu très évident. Nous mêmes ayant une expertise dans cette ligne d’investissement, nous avons pu réagir très rapidement et avons pu présenter une offre de service intégrée, en donnant accès aux investisseurs chinois aux projets africains et en les accompagnant le long du processus d’investissement », explique Réda Rami. Force est de souligner qu’en seulement deux décennies, la Chine est devenue le partenaire commercial le plus important de l’Afrique, détrônant des grandes puissances occidentales telles que la France, les États-Unis, etc. Aujourd’hui, certaines statistiques montrent qu’il y aurait plus de 10.000 entreprises chinoises qui sont implantées sur le continent. Un chiffre qui montre bien l’importance de la relation entre les deux parties. Il faut dire que c’est une véritable offensive que Pékin mène en Afrique. Rien qu’en 2016, par exemple, la Chine a engagé 36,1 milliards de dollars sur le continent, soit 15 fois plus qu’en 2015 où l’Empire du milieu n’avait engagé que 2,3 milliards de dollars. Il va sans dire que Réda Rami voit cette tendance haussière des investissements chinois en Afrique d’un bon œil. Mais il estime néanmoins, que le rythme pourrait encore aller plus vite. « La Chine est actuellement le premier investisseur en Afrique. Néanmoins, nous avons remarqué que ces investissements étaient limités à certaines grandes structures chinoises bien connues et que nous étions encore loin du grand potentiel que pouvait offrir la Chine à l’Afrique en termes d’investissements », analyse le président fondateur de Winvestnet. « La majorité des entreprises chinoises qui souhaitent aller en Afrique, ont une méconnaissance des spécificités de ce marché, d’où le grand intérêt de nos services d’accompagnement, qui jouissent actuellement d’un engouement de la part, aussi bien des entreprises chinoises, que des institutionnels et des organismes officiels qui nous sollicitent dans ce sens », conclut-il.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Le français Azelis met la main sur une PME marocaine

Article suivant

Le fondateur de Dailymotion partage sa vision