Industrie

La production industrielle en berne

La production industrielle aurait diminué en juillet dans l’ensemble des branches, à l’exception des industries « textile, habillement et cuir » où elle aurait stagné. C’est ce qui ressort d’une enquête de Bank Al-Maghrib (BAM) auprès des industriels.



Une proportion de 45 % des réponses des industriels indique une baisse de l’activité, 28 % une hausse et 27% une stagnation, soit un solde négatif de 16%, indique l’enquête de conjoncture dans l’industrie de Bank Al-Maghrib.

 Le Taux d’utilisation des capacités de production (TUC) aurait accusé, en juillet, une diminution mensuelle de 2 points à 73%. Pour la production des industries chimiques et para-chimiques, le TUC a baissé de 5 points à 68%, suite principalement à son repli dans la « cokéfaction et raffinage ». Pour sa part, le TUC des industries électriques et électroniques a diminué de 3 points à 80%.

 Par ailleurs, la branche « textile, habillement et cuir » aurait été marquée par une stagnation de la production en juillet,  pour maintenir le TUC à 66%, soit son niveau de juin 2015.  Les ventes globales, quant à elles, auraient enregistré une baisse, résultat d’un recul sur le marché local, alors que les expéditions à l’étranger seraient restées inchangées. De même,  le TUC des industries agroalimentaires se serait stabilisé à 73%.

 

Des ventes en baisse

 

Les ventes globales auraient enregistré un repli, traduisant la diminution dans l’ensemble des branches, à l’exception de l' »industrie agro-alimentaire » où elles se seraient accrues et le « textile, habillement et cuir » où elles auraient stagné. 

Pour les trois prochains mois, les industriels se déclarent optimistes pour les branches « agroalimentaire » et « chimie et parachimie » qui, selon eux, devraient connaitre une hausse de la production. Par contre, les entreprises anticipent une baisse pour les branches « textile, habillement et cuir », « mécanique et métallurgie» et « électrique et électronique ».

Les industriels prévoient une amélioration des ventes globales, recouvrant d’une part, une hausse dans l’« agro-alimentaire », la « mécanique et métallurgie » et la « chimie et parachimie », et d’autre part une baisse dans le « textile, habillement et cuir » et l’« électrique et électronique ».

 
Article précédent

Le modèle économique de l’ONCF porte ses fruits

Article suivant

La libéralisation du secteur électrique prend forme