Aérien

La RAM inaugure une nouvelle ligne reliant Laâyoune à Rabat

La Royal Air Maroc (RAM) a inauguré, mercredi, la liaison Laâyoune-Rabat, à raison de deux vols hebdomadaires.


Ces vols, qui sont opérés par des avions B737-800 tous les lundis et mercredis à un tarif fixe de 800 DH (TTC) l’aller-simple, sont programmés à 09H35 au départ de Laâyoune pour une arrivée à Rabat à 11H10. Quant aux vols au départ de Rabat, ils sont prévus à 12H00 pour une arrivée à 13H40.

En plus de l’ouverture de cette liaison avec Rabat, la RAM a également renforcé sa ligne reliant Laâyoune à Marrakech par une fréquence additionnelle (soit 3 au total) opérée tous les dimanches par des avions de type B737-800.

La compagnie nationale porte ainsi le nombre des routes aériennes opérées sur son hub régional de Laâyoune à 8 lignes à raison de 41 fréquences par semaine, à savoir 14 vols par semaine de et vers Casablanca, 6 vols par semaine de et vers Agadir, 6 vols par semaine de et vers Dakhla et 6 vols par semaine de et vers Las Palmas.

Il s’agit également de 3 vols par semaine de et vers Marrakech, 2 vols par semaine de et vers Rabat, 2 vols par semaine de et vers Guelmim et 2 vols par semaine de et vers Smara.

Pour le président directeur général de la RAM, Hamid Addou, le renforcement des connexions aériennes vers les provinces du Sud contribuera « indéniablement » au développement économique et social de ces régions par le renforcement de leur attractivité économique, la mise en valeur de leur potentiel touristique et la facilitation des déplacements des citoyens.

« Convaincus que le transport aérien domestique est un outil fondamental au service du désenclavement des territoires, nous multiplions les efforts avec nos partenaires pour contribuer efficacement au développement économique et social des régions », a-t-il assuré.

Avec MAP

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Femmes en entreprises : Ghislaine El Kohen Belhaj

Article suivant

Génération green : booster le PIB agricole à l'horizon 2030