International

La Russie envisage de recourir au troc pour protéger son commerce avec le Maroc

La Russie et le Maroc peuvent minimiser l’impact des sanctions occidentales contre Moscou sur leur commerce en faisant du troc et en utilisant des devises autres que le dollar et l’euro, a déclaré l’ambassadeur russe à Rabat, Valerian Shuvaev.

Le diplomate russe a confirmé que le commerce entre le Maroc et la Russie a été durement touché ces dernières semaines, en raison des problèmes de paiement causés par « l’exclusion de nombreuses banques russes du système de transactions financières Swift. » Il a souligné que les sanctions imposées à la Russie en raison de « l’activité militaire du pays en Ukraine » n’ont eu un impact que sur « moins de dix des 300 institutions qui composent le secteur bancaire russe. »

Lire aussi | Tirage au sort du Mondial 2022. La Belgique, la Croatie et le Canada pour les Lions de l’Atlas

M. Shuvavev s’est dit satisfait des relations commerciales entre son pays et le Maroc, affirmant que les exportations marocaines vers la Russie sont « en hausse ». Il a revendiqué une augmentation de 10,8% des exportations marocaines vers la Russie en 2021 par rapport à 2020, précisant que la valeur des expéditions a atteint 435 millions de dollars.

Les denrées alimentaires et les matières premières agricoles, les textiles, les chaussures, les machines, les équipements et les automobiles, ainsi que les minéraux et les dérivés des métaux, sont les principaux sujets d’échanges entre les deux pays. Entre-temps, les exportations russes vers le Maroc ont augmenté à un « rythme historique », selon l’envoyé russe.

Lire aussi | Covid-19. Le niveau de transmission demeure faible au Maroc [Ministère de la Santé]

Il a souligné le fait que les exportations russes vers le Maroc ont bondi de 58,5 % en 2021 par rapport à 2020. Le Maroc importe de Russie des produits minéraux, des métaux et leurs dérivés, ainsi que des aliments, des matières premières agricoles, du bois et des équipements mécaniques, selon Shuvavev.

Le diplomate russe a souligné que son pays est désireux de collaborer avec le Maroc sur un certain nombre d’initiatives, en particulier dans les industries de l’automobile et de l’énergie électrique, où le Maroc est un leader régional dans les deux cas. Le Maroc et la Russie entretiennent des relations diplomatiques solides, et les deux nations ont des interactions et des discussions politiques régulières. Dans le conflit entre Kiev et Moscou, le Maroc maintient également une position neutre, soulignant la nécessité d’une discussion politique pour mettre fin au conflit en cours.

 
Article précédent

Dr Bouchra Benchekroun : "Je milite pour une médecine préventive, prédictive et personnalisée"

Article suivant

Covid-19. La situation épidémiologique reste stable et contrôlée au Maroc [Ministère de la santé]