Sport

La Russie exclue des événements sportifs majeurs

Des sportifs admis, mais sous « drapeau neutre », pas de drapeau russe ou d’hymne aux JO et à tout championnat du monde… Les sanctions sont sévères.


Coup de tonnerre dans le milieu sportif : l’Agence mondiale antidopage (AMA) a exclu lundi la Russie des Jeux olympiques pour quatre ans et de la Coupe du monde 2022 de football au Qatar, pour punir Moscou d’avoir récidivé dans la triche en falsifiant des données de contrôle.

Cette décision ne s’applique pas aux championnats d’Europe de football 2020, dont la Russie accueillera trois rencontres, et de toute autre coupe ou championnat du monde qui ne relèvent pas du concept d’événement sportif majeur, a précisé l’AMA.

L’Agence mondiale antidopage stipule, par ailleurs, que la Russie ne pourra pas se porter candidate pour accueillir les Jeux olympiques de 2032. Si le Comité International Olympique (CIO) est d’accord avec la décision de l’AMA, les athlètes russes participeront aux Jeux Olympiques de 2020 et 2022 avec le statut neutre. Par contre, les membres des Comités Olympique russe et Paralympique russe sont interdits de prendre part aux événements sportifs internationaux.

Ces sanctions interviennent suite à la remise de milliers de données brutes de contrôles antidopage stockées dans les serveurs de l’ancien laboratoire de Moscou (au cœur du système de dopage institutionnel ayant régné en Russie entre 2011 et 2015). Les experts informatiques missionnés par l’AMA ont découvert que « des centaines » de résultats suspects avaient été effacés de ces données, juste avant leur remise par les autorités russes au gendarme mondial antidopage.

Moscou, via Rusada (agence russe d’antidopage) ou son Comité national olympique, ainsi que les fédérations internationales, peuvent faire appel pendant 21 jours devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), qui aurait le dernier mot. L’appel serait suspensif.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Bourse de Casablanca : 10 entreprises rejoignent Elite

Article suivant

Stéphane Colliac, Euler Hermès : «Le Maroc doit aller plus loin dans ses réformes»