Banques

La SFI apporte 40 millions d’euros à Attijari bank

Au lendemain de la signature d’un accord de coopération cadre à l’échelle africaine, la SFI (Société financière internationale) et le groupe bancaire marocain Attijariwafa Bank finalisent une première opération d’envergure.


En effet, la filiale de la Banque mondiale vient de prêter 40 millions d’euros (plus de 450 millions de DH) à Attijari bank, la filiale tunisienne du champion marocain de la banque et de l’assurance. Cette troisième intervention de la SFI au pays de la révolution de Jasmin en 2018 (après celles ayant bénéficié à Tunisie Leasing et la Qatar National Bank of Tunisia) se fera sous forme de dette subordonnée qui viendra renforcer les fonds propres d’Attijari bank, sachant que son ratio de solvabilité (capacité des fonds propres à couvrir les risques éventuels) est au taquet (en s’établissant à 10,6% quand le plancher établi par la banque centrale tunisienne est de 10%) et que la récente proposition du conseil d’administration de la meilleure banque tunisienne de l’année 2017 (selon le prestigieux magazine britannique « The Banker ») de réduire de 40% le dividende à distribuer au titre de l’exercice 2017 (par rapport à son niveau de 2016) a été très mal accueillie par la bourse de Tunis (où elle est cotée). Attijari Tunisie s’est engagée auprès de son partenaire d’utiliser cette dette subordonnée exclusivement au financement des PME tunisiennes et des projets d’économie verte.

Rappelons qu’Attijari bank est le premier réseau bancaire en Tunisie (207 agences). À fin 2017, la plus ancienne filiale nord-africaine du groupe Attijariwafa bank (acquise en 2005) a réalisé une belle performance avec un PNB de 362 millions de dinars tunisiens (1,34 milliard de DH) en croissance annuelle de 14,2% et un résultat net consolidé de 133 millions de dinars (493 millions de DH) en progression de 27% par rapport à fin 2016. D’ailleurs, au sein de la Banque de Détail à l’International (BDI) du groupe présidé par Mohamed El Kettani, la filiale tunisienne est incontestablement un fer de lance qui a contribué à hisser la quote-part de ce Pôle dans le résultat net part du groupe de 23% en 2016 à 32% un an plus tard.

 
Article précédent

Il fait l’actu : Majid El Bouazzaoui, inventeur

Article suivant

L’ADA et le Fonds Vert pour le Climat renforcent leur coopération