Tourisme

La SMIT lance une station touristique nouvelle génération

La SMIT (Société Marocaine d’Ingénierie Touristique) lance le développement de la station d’Aghroud. Ce projet viendra renforcer la capacité litière de la destination sud avec plus de 16000 lits, le tout autour d’un concept novateur, combinant balnéaire de standing, animations et des activités d’aventure.


En lançant cette nouvelle génération de projets, la SMIT non seulement renforce la capacité litière de la destination, mais enrichit son offre en tirant vers le haut la destination pour lui permettre de se repositionner auprès des marchés cibles (Plage, Golf, sport et bien être). Ce type de projets est en ligne avec le positionnement de la destination, le fer de lance de la croissance du balnéaire marocain, en raison de ses conditions climatiques et de la richesse de son arrière-pays.

Près de 26 milliards de dirhams d’investissement sont engagés sur le territoire Souss Sahara Atlantique, l’un des 8 territoires objets de contrat programme déclinant la Vision 2020. Grâce au concours de la SMIT, Agadir s’est vu injecter un investissement global conséquent depuis 2010 et ce malgré un contexte international difficile. Lancés, dans le cadre des montages, complexes et ingénieux, Taghazout, Founty, Tama Ouanza, Lunja village, Crocodiles parc…, découlent d’un plan stratégique visant à faire d’Agadir un solide pôle de compétitivité touristique balnéaire.

La SMIT, qui veille à actionner les leviers de compétitivité touristique, met au service de développement de la destination touristique d’Agadir, une assiette foncière de près de 600 hectares qui servira à accueillir la station Aghroud. Cette action qui s’inscrit dans sa volonté à assurer un développement harmonieux et équitable en évitant tout risque de spéculation, notamment dans une destination où le foncier se fait de plus en plus rare.

En effet, maillon incontournable du développement touristique, le foncier fait souvent défaut, laissant libre cours à une spéculation incontrôlée et un développement anarchique. Ceci contribue à orienter la réflexion sur la politique en matière de gestion du foncier et de l’aménagement au profit d’une vision de développement viable et structurée à même de booster le secteur. Faute de foncier, la vision peut s’arrêter au stade de la planification. Il est impératif de se pencher sur la question et actionner des montages solides et anti-spéculation pour pouvoir installer les projets touristiques là où il le faut.  

 
Article précédent

Al Barid Bank plaide pour la vulgarisation des services bancaires

Article suivant

Kia Carens renouvelle le parc des grands taxis