Transport urbain

La Société du Tramway Rabat-Salé lève 529 millions de DH

Alors que les travaux de sa deuxième ligne viennent à peine d’être achevés, le schéma de financement de la nouvelle extension du tramway de Rabat-Salé se précise.


La Société du tramway de Rabat-Salé (STRS) vient d’opérer une méga-recapitalisation de 529 millions de dirhams, ce qui en a hissé le capital à 1,37 milliard de dirhams. Injectés par l’Agence pour l’aménagement de la vallée de Bouregreg et l’Etablissement de Coopération Intercommunal «Al Assima», respectivement à hauteur de 349 millions de dirhams et 180 millions de dirhams, cette manne financière vient doter STRS de moyens nécessaires pour lancer, dès 2020, la première phase des travaux de l’extension des deux lignes actuelles pour les relier à la ville de Témara et à Sala Jadida. Un projet qui devra étendre le tramway de la capitale de 25 km supplémentaires pour le porter à plus 50 km et qui nécessitera au total quelque 4,5 milliards de dirhams.

Lire aussi : La BEI apporte 50 millions d’euros au tramway Rabat-Salé

C’est dire que l’apport dont vient de bénéficier la société à capitaux publics devra être complété par un nouveau concours de la part de ses actionnaires publics (qui vont probablement apporter près de deux milliards de dirhams additionnels), mais également par des lignes d’endettement auprès des banques locales et des instances de développement multilatérales telles l’Agence Française de Développement et la Banque Européenne d’Investissement, qui comptent déjà parmi les bailleurs de fonds actuels.

Grâce à cette future extension, le tramway Rabat-Salé sera à même  de transporter 2 fois plus de voyageurs en desservant de nouvelles grandes zones urbaines de Rabat comme la gare ONCF à Hay Riad, le futur pôle multimodal situé à l’entrée de la capitale ou encore les quartiers Al Manal et Hay Al Fath.

Coté opérationnel, il est à rappeler que l’exploitation du tramway Rabat-Salé fait l’objet actuellement d’un appel d’offres international lancé par la STRS, pour désigner le futur gestionnaire du réseau, sachant que le contrat de l’actuel délégataire (en l’occurrence le français Veolia via sa filiale Transdev Rabat-Salé) arrive à terme fin 2019.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

L’ADN et la DTN

Article suivant

« Service Client de l’Année » : Total Maroc récidive