ElectionPolitique

La transhumance des élus bientôt devant le Conseil constitutionnel

 


 La Chambre des représentants compte saisir le Conseil constitutionnel pour décider du sort des députés qui ont changé de  partis  à la veille des élections. Seront particulièrement concernés les opposants de Driss Lachgar qui ont changé de casaque politique.

Les députés qui pensaient avoir fait une bonne affaire en changeant de casquette politique pour se porter candidats aux élections du 4 septembre seront bientôt rappelés à l’ordre. Le bureau de la Chambre des représentants s’apprête à saisir le Conseil constitutionnel pour décider de leur sort. A priori, ils devront  perdre leur mandat d’élu conformément à l’article 60 de la Constitution ainsi qu’au règlement intérieur de la première Chambre. Celui-ci stipule notamment que « tout élu changeant d’étiquette politique au cours de son mandat est rayé de la députation ». Sachant qu’il dispose d’un délai de 15 jours suivant son départ pour motiver par écrit sa décision.

La liste des parlementaires qui ont changé de casaques politiques comprend, entre autres, les opposants au  secrétaire général de l’USFP, Driss Lachgar. Parmi eux, Said Chbaâtou et Hassan Derham qui ont choisi de rejoindre le RNI. Un changement d’appartenance politique qui, rappelons- le, intervient suite à la scission au sein de  l’USFP provoquée par feu Ahmed Zaidi. Pour Mohamed Madani, professeur de droit constitutionnel,  » ce changement de parti était la seule solution pour se présenter aux élections pour les opposants de Driss Lachgar, qui n’ont pas encore tenu le Conseil constitutif du parti alternative démocratique, une formation issue de l’USFP. »

 
Article précédent

Les 4 nouvelles dispositions pour les énergies renouvelables

Article suivant

Auto Hall implique ses actionnaires dans son développement