Flash-ecoGrande distribution

Label’Vie vise de nouvelles implantations en Afrique de l’Ouest

Présent en Afrique subsaharienne depuis 2014, grâce à une prise de participation minoritaire dans le capital de la Compagnie de distribution de Côte d’Ivoire (CDCI), acteur majeur de la distribution alimentaire en Côte d’Ivoire, le groupe Label Vie veut aujourd’hui appuyer sur l’accélérateur.


Le groupe fondé par Zouhair Bennani entend élargir son horizon africain, et le top management étudie plusieurs pistes. L’enjeu pour Label Vie est de multiplier ses relais de croissance sur le long terme. « La Côte d’Ivoire pour nous est un très bon premier pas. C’est une très bonne expérience qui nous permet d’aller plus loin en Afrique francophone », confie Zouhair Bennani, PDG du groupe Label’Vie. Soulignons que CDCI détient aujourd’hui pas moins de 140 magasins à travers la Côte d’Ivoire. Il faut dire que l’Afrique subsaharienne est un bon filon pour le groupe de Zouhair Bennani dans la mesure où ce segment participe à hauteur de presque 3 milliards de DH dans le chiffre d’affaires consolidé de l’entreprise. «Nous étudions beaucoup de possibilités d’investissement. Mais, nous allons nous concentrer sur l’Afrique de l’Ouest et le déploiement va commencer cette année », précise le PDG. Sur le marché national, le groupe maintient un rythme de croissance soutenu. En témoignent d’ailleurs, les performances réalisées sur l’exercice 2017 qui ont permis à Label Vie d’enregistrer un chiffre d’affaires de 8,3 milliards de DH, en hausse de 12% sur une année.

Miser davantage sur les produits frais

Le top management explique cette évolution par les performances réalisées par l’ensemble des segments d’activité du groupe. On note que les supermarchés Carrefour Market affichent une augmentation des ventes de 7% et de 194 millions de DH en volume de vente additionnel. Les hypermarchés Carrefour enregistrent une progression des ventes de 13% par rapport à l’exercice précédent et 203 millions de DH de volume de vente additionnel. De son côté, l’enseigne Atacadao affiche une évolution de ses ventes de 19% et un volume de vente additionnel de 422 millions de DH en une année. «Nous sommes très satisfaits des résultats de notre groupe cette année. Ces performances sont le fruit de plusieurs années de labeur et de l’aboutissement de plusieurs projets pour optimiser et améliorer la performance. Et c’est aussi le succès de notre modèle commercial », commente le PDG du groupe. Notons que le résultat net est en progression de 129% sur une année, pour s’établir à 240,9 millions de DH. « Le résultat financier a, par ailleurs, été positivement impacté par le retrait de la société VLV du périmètre du Groupe », fait remarquer, à ce titre, le top management, ajoutant que ce changement dans le périmètre de consolidation est la traduction logique de la vision stratégique du groupe qui consiste à séparer ses activités opérationnelles de ses activités foncières, donnant ainsi davantage de lisibilité aux performances réalisées par les métiers de distribution. De même, le résultat d’exploitation consolidé du groupe a enregistré en 2017 une croissance de 42% pour s’établir à 354,5 millions de DH. En vue de poursuivre cette bonne dynamique, le top management entend miser davantage sur les produits frais, qui représentent d’ailleurs la locomotive de ses performances commerciales. 

 
Article précédent

Aéroport Mohammed V : le nouveau Terminal 1 opérationnel en été

Article suivant

Il fait l’actu : Ahmed El Yacoubi, président du directoire de Société Générale Maroc