Non classé

Il fait l’actu : Saaid Amzazi, ministre de l’Éducation nationale

Il a appelé à faire des rentrées scolaire, professionnelle et universitaire 2018-19 une occasion pour « émettre des signaux forts » quant à l’accélération de la cadence des réformes et la mise en œuvre des directives royales.


Intervenant lors d’une rencontre de coordination tenue à l’occasion des rentrées scolaire, professionnelle et universitaire, Saaid Amzazi a souligné la nécessité d’une mobilisation collective visant à faire de cette échéance une opportunité pour émettre des signaux forts et concrets quant à l’adhésion responsable et active, notamment, au renforcement des programmes d’appui et de protection sociale et à l’adaptation de la formation à l’emploi.

Il a indiqué que cette mobilisation collective établira, par là même, un climat optimal pour la mise en œuvre du projet de loi-cadre récemment approuvé par le conseil des ministres, appelant l’ensemble des responsables et acteurs à appréhender les dispositions de ce texte. Dans ce sens, le ministre a prôné, tout d’abord, l’élaboration d’un programme d’actions détaillé au niveau de chaque département, se référant aux orientations royales et à la vision stratégique de réforme du système d’éducation et de formation et se déclinant en actions à caractère urgent, basées sur une approche participative et intégrée.

Pour la phase suivante, poursuit-il, il faudrait implémenter ces programmes sur la base de la bonne gouvernance, la gestion axée sur les résultats, l’efficacité et la présence sur le terrain, tout en établissant le bilan régulièrement à travers des échéances périodiques de suivi et d’évaluation et en insistant sur « l’application stricte du principe de corrélation entre la responsabilité et la reddition de compte ». Évoquant les priorités de chaque département, Saaid Amzazi a mis l’accent sur la nécessité, pour le département de l’Éducation nationale, de veiller au démarrage effectif de l’année scolaire à la date officielle et assurer l’ouverture des internats à temps et le renforcement des services de soutien social.

Concernant la formation professionnelle, les principales priorités concernent le renforcement de l’attractivité de cette option, la promotion des actions sociales, notamment les bourses et les internats et l’engagement d’une réflexion sur une carte de formation à même de développer les filières prometteuses, a-t-il affirmé.

 
Article précédent

Aucun cas de choléra n'a été enregistré au Maroc

Article suivant

Centrale Danone fait appel aux consommateurs pour baisser ses prix