SPECIAL AERONAUTIQUE

L’aéronautique, une success story à la marocaine


L’industrie aéronautique est assurément l’une des meilleures success-stories récentes du Maroc. Le secteur qui comptait moins d’une dizaine d’opérateurs il y a douze ans, est devenu en l’espace d’une décennie une véritable base aéronautique avec plus de 110 entreprises, 11.000 salariés hautement qualifiés, un chiffre d’affaires à l’export de plus d’1 milliard de dollars (5% des exportations totales du pays). Sur la période 2008-2013, ses exportations ont enregistré une hausse annuelle moyenne de 19 %. Résultat des courses : l’aéronautique est l’un des rares secteurs qui réalisent une croissance à deux chiffres (plus de 17%). Cette expansion formidable s’est traduite par l’implantation au Maroc de groupes étrangers de renoms tels que Safran, Airbus Group, Boeing et Bombardier.

Au Maroc aujourd’hui, c’est l’ensemble des filières industrielles qui est engagé dans une dynamique de croissance avec la mise en place en 2014 d’un programme ambitieux pour accroître la compétitivité et la performance du secteur industriel. Baptisé « Plan d’accélération industrielle 2014-2020 », celui-ci est une approche nouvelle dont le pays attend des effets hautement bénéfiques. Concrètement, il s’agit de favoriser la création d’alliances stratégiques entre les grandes entreprises et les PME d’un secteur donné et de les fédérer autour de programmes de coopération ciblés. Ces derniers doivent aboutir à des contrats de long terme et à des transferts technologiques. Les grands groupes ou leaders industriels impliqués auront ainsi un rôle de locomotive pour le tissu productif local. Ils donneront de la perspective et de la visibilité aux petites entreprises qui, pour répondre à la demande de leurs clients, vont devoir accroître leur capacité d’innovation et gagner en dynamisme. Les grands groupes tireront aussi profit de cette collaboration, car la proximité des fournisseurs diminuera les coûts de production et ils gagneront en compétitivité et en réactivité. Ce chantier déjà entamé se déploie via des secteurs comme l’électricité,  l’électronique, les énergies renouvelables, la cimenterie, la pharmacie et l’aéronautique… C’est ainsi que la signature d’un contrat-programme du développement de l’Industrie Aéronautique du Maroc, qui s’inscrit dans le cadre de ce plan d’accélération industrielle est imminente. Ce contrat consiste à mettre en place des écosystèmes performants pour favoriser l’intégration des chaines de valeurs. Pour cela, l’État apportera des appuis conséquents et ciblés (mobilisation de foncier, formation, apport financier). En contrepartie, des objectifs précis seront fixés aux entreprises, notamment en termes de création d’emplois, de valeur ajoutée et de capacité d’exportation. A noter que l’ambition affichée par les industriels, affiliés au Gimas (Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales), est de doubler la taille du secteur sur les 5 à 6 années à venir. Autrement dit: arriver d’ici 2020 à plus de 200 entreprises, 20 000 emplois et 2 milliards de dollars de chiffre d’affaires.
Il faut souligner, que le Maroc entend ainsi tirer profit de sa proximité géographique avec l’Europe pour attirer les industries connexes de l’aéronautique dans les domaines spatial, défense, sécurité, composites, électronique embarquée, médical et services d’études et de maintenance associée… Tout en s’ouvrant sur de nouveaux marchés (Grande-Bretagne, Allemagne, Etats-Unis, Japon, Espagne, Italie…) et en tirant vers le haut la valeur ajoutée. Et le Maroc ne manque pas d’atouts pour attirer les investisseurs étrangers. Aux nombreux avantages intrinsèques du pays tels que sa position géographique, sa stabilité politique et ses fondamentaux économiques, s’ajoutent les efforts substantiels déployés par les pouvoirs publics pour améliorer le climat des affaires, développer une offre compétitive et assurer aux investisseurs des conditions favorables au déploiement de leurs activités. Ces efforts ont été largement rétribués. La performance du Maroc a été remarquable en 2013 en termes d’attraction des Investissements directs étrangers (IDE) avec des recettes de 4,6 milliards de dollars. Ce record historique vient confirmer la tendance haussière des flux nets de 2012. Selon le ministère de l’Industrie, le Royaume entend poursuivre cette dynamique à une cadence plus soutenue avec le lancement de la nouvelle stratégie industrielle. Des mesures sont prévues pour ériger le pays en plateforme régionale d’investissement, de production et d’échanges. Qu’il s’agisse de disponibilité de foncier industriel, de formation d’une main-d’œuvre qualifiée ou d’appuis financiers aux investisseurs, toutes les dispositions sont prises pour améliorer l’attractivité du pays. Les actions entreprises dans le cadre du Plan d’accélération industrielle portent déjà leurs fruits, puisque durant les premiers mois de déploiement de la nouvelle stratégie, des leaders mondiaux ont officialisé leur implantation au Maroc (Eaton, Aérolia, Alcoa …). Ce sont des premiers pas qui augurent un avenir prometteur pour l’industrie marocaine.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Maroc-Gabon : un travail commun au service du développement humain

Article suivant

Outsourcia bientôt à Madagascar