ConseilInternationalisation

Laïla Slassi dans le lobbying aux Etats-Unis

Laïla Slassi et son associé au sein du cabinet de conseil Afrique Advisors, Talal Belrhiti, veulent conquérir les Etats-Unis. Ils viennent d’ouvrir une antenne Washington, dédiée aux activités de lobbying.


Une première pour le secteur marocain du conseil engagé dans un processus d’internationalisation. En effet, le cabinet de conseil Afrique Advisors, fondé par Laïla Slassi et Talal Belrhiti, vient d’ouvrir une antenne aux Etats-Unis.  Situé sur Connecticut Avenue, ce bureau est dirigé par Talal Belrhiti depuis Washington, avec l’appui d’une équipe établie entre Washington et Casablanca. Baptisé « Afrique Advisors USA », cette représentation est dédiée aux activités de lobbying. Concrètement, les cofondateurs d’Afrique Advisors cherchent à accompagner acteurs économiques et misent sur un lobbying intelligent. « Nous adressons nos services aux institutions et investisseurs américains ayant des projets en Afrique et aux institutions et entreprises africaines souhaitant se développer aux États-Unis », explique Laïla Slassi.

Lire aussi|L’Indien Serum Institute retarde ses livraisons de vaccins au Maroc

Il faut dire que celle qui a cofondé Afrique Advisors en octobre 2015 avec Talal Belrhiti est en terrain connu. Car, jusqu’avant de lancer ce cabinet de conseil juridique, fiscal et stratégique à Casablanca, Slassi officiait comme avocate fiscaliste chez Mayer Brown, un important cabinet américain. Depuis lors d’ailleurs, Afrique Advisors travaille main dans la main avec ce dernier. « Afrique Advisors est lié par un accord de correspondance avec le cabinet d’avocats Mayer Brown : nous sommes leur unique correspondant en Afrique et travaillons en étroite collaboration avec les avocats du réseau sur des dossiers de nature internationale », précise la cofondatrice d’Afrique Advisors.

Déjà avec sa casquette de correspondant exclusif de Mayer Brown dans le Royaume, Afrique Advisors représente des investisseurs étrangers, des fonds d’investissement, des sociétés privées marocaines, des entités publiques ou semi-publiques…

Aujourd’hui, avec le nouvel élan dans les relations entre le Maroc et les Etats-Unis, le cabinet entend se positionner comme un pont entre les deux milieux des affaires qui ne se connaissent pas forcément.

Lire aussi|Baromètre Africaleads 2021 : le Maroc a toujours la cote auprès des leaders d’opinions africains

 
Article précédent

L’Indien Serum Institute retarde ses livraisons de vaccins au Maroc

Article suivant

50 femmes qui comptent : Hasnaa Idrissi Kabbaj, Directrice générale de Mobilia Office