Pandémie

Coronavirus : l’Allemagne, pays le plus sûr au monde, le Maroc en milieu de tableau

Le classement international établi par Deep Knowledge Group, place l’Allemagne comme pays où le risque de contamination au coronavirus est le plus faible possible. Le pays de la bière détrône celui de la neutralité, la Suisse, relégué à la 4ème place. Le Maroc est dans le ventre mou du classement.


Réalisée sur plus de 250 pays (252 classés), l’enquête qui en est à sa plus récente publication a pris en compte plus de 140 paramètres et examiné plus de 35.000 données liées à l’impact de la Covid-19 sur les pays. Des données qui ont connu une hausse significative par rapport au rapport publié en juin dernier. Et si vous vous demandiez dans quel pays vous pourriez vous rendre avec le moins de risque possible de contracter le virus, eh bien c’est aujourd’hui l’Allemagne qui concentre les meilleurs scores et donne la meilleure garantie. L’Allemagne devance sur le podium la Nouvelle Zélande et la Corée du Sud. Le top 10 est complété par la Suisse, le Japon, l’Australie, la Chine, l’Autriche, les Émirats Arabes Unis et Singapour. Les voisins immédiats du Maroc, au nord de la méditerranée, récoltent des fortunes diverses. L’Italie, par qui le coronavirus a fait trembler l’Europe à ses débuts, est 43ème ; l’Espagne est 52ème, la France 54ème, les Etats-Unis sont 55ème et le Portugal est 62ème dans ce classement.

Lire aussi | CCG : plus de 15.000 entreprises bénéficiaires des mécanismes de relance

Le Maroc, qui multiplie les efforts pour contenir la propagation du virus (confinement, confinement partiel, autorisations spéciales, enseignement à distance, couvre-feu, distanciation sociale, fermeture des commerces, fermeture des frontières, prorogation de l’état d’urgence, mesures barrières, …) pointe à la 104ème place de ce classement mondial (8ème en Afrique), loin, très loin derrière la Tunisie 57ème (1ère en Afrique). Le top 10 des pays africains se compose, outre la Tunisie, du Rwanda (69ème), des Seychelles (75ème), de l’Île Maurice (76ème), du Nigeria (93ème), de la Guinée Équatoriale (95ème), de l’Afrique du Sud (96ème), du Maroc (104ème), de l’Ouganda (107ème) et du Kenya (109ème).

Lire aussi | Coronavirus : fausse alerte à l’école La Joconde, à Casablanca

Le Maroc perd des points dans le classement

« La pandémie de coronavirus est un défi critique auquel il faut faire face afin de planifier les meilleures mesures stratégiques pour réduire et neutraliser les répercussions négatives, jusqu’à ce que la solution finale d’un vaccin soit à la portée de la communauté scientifique et médicale. Dans cette optique, la nouvelle étude de cas analytiques spéciale du Deep Knowledge Group sur la COVID-19 vise à ordonner, analyser et classer la stabilité économique, sociale et sanitaire atteinte par chacun des 250 pays et régions visés par son analyse, ainsi que les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces ou les risques qu’elles présentent dans la lutte contre la crise économique et sanitaire mondiale déclenchée par la COVID-19 », explique le Deep Knowledge Group dans le rapport accompagnant le classement.

Il faut noter qu’en juin dernier, le groupe avait publié un précédent classement des pays les plus sûrs face au coronavirus. À l’époque, la Suisse était 1ère au classement, devant l’Allemagne et Israël. Le Maroc était classé à la 92ème place. Le Royaume a, depuis lors, perdu 12 places entre juin et août.

Lire aussi | Traitement du Coronavirus : faut-il craindre une rupture de stocks de certains médicaments ?

Pour rappel, Deep Knowledge Group est un consortium d’organisations commerciales et d’organisations à but non lucratif actives sur de nombreux fronts dans le domaine des technologies DeepTech et Frontier (AI, Longevity, FinTech, GovTech, InvestTech), allant de la recherche scientifique à l’investissement, l’entrepreneuriat, l’analyse, médias, philanthropie et plus encore. Ses filiales comprennent Deep Knowledge Ventures, Longevity.Capital, AI-Pharma.Capital, Longevity FinTech Company, Deep Knowledge Analytics, Aging Analytics Agency, NeuroTech Analytics, Biogerontology Research Foundation, Longevity Swiss Foundation, AI-Longevity Consortium au King’s College de Londres et Longevity International UK – Secrétariat du Groupe parlementaire multipartite britannique pour la longévité.

Des critères plus larges
Pour établir son classement, le groupe s’est basé sur une série complexe d’évaluations portant sur de multiples facteurs médicaux, économiques et politiques. Additionnées, elles augmentent ou diminuent le score d’un pays. L’objectif de l’étude n’est pas de déterminer si un pays a été durement touché par la COVID-19 ou pas. Même si ce critère est important, d’autres tels que la volonté politique, le degré d’acceptation sociale de la quarantaine et des mesures de confinement, le niveau de coopération entre les gouvernements nationaux et locaux, l’existence d’un bon système de surveillance et de détection de la maladie, l’existence d’un système médical fort ont été explorés pour affiner l’étude. En outre, le degré de vulnérabilité du pays aux perturbations économiques causées par la COVID-19, et le niveau d’équipement pour faire face aux situations d’urgence font également partie de la grille de lecture.

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l’émission « Ach Waq3 » de MFM Radio

Article suivant

Évolution du Coronavirus au Maroc : 1941 nouveaux cas, 75.721 au total, mardi 8 septembre à 18 heures