Agriculture

L’allemand KWS à la rescousse de sa nouvelle filiale marocaine

Quelques mois après y avoir réalisé une croissance externe, à travers le rachat de 93% du capital de la PME Dynagri, le groupe allemand KWS (Kleinwanzlebener Saatzucht) planche sur la santé financière de sa nouvelle filiale marocaine. En effet, ce spécialiste des semences pour différentes variétés de culture vient de mener un coup d’accordéon chez l’ex Dynagri (rebaptisée KWS Maroc en mars 2017).


Cette opération s’est traduite, dans un premier temps, par une recapitalisation d’un montant de 9,5 millions de DH, avant qu’une réduction de capital ne ramène celui-ci de 34,6 millions de DH à 2,5 millions de DH et ce, par apurement des pertes antérieures. KWS Maroc rétablit ainsi ses équilibres bilanciels et améliore sa bancabilité à l’aube d’un cycle de développement important que compte lui imprimer sa nouvelle maison mère basée à Klein Wanzleben (ville à l’est de l’Allemagne), dont les dirigeants n’ont pas manqué de rappeler ces derniers mois l’intérêt qu’ils portent au Maroc, où les expériences acquises en matière de sélection de semences servent de base pour le développement de variétés pour d’autres pays de la région. Aussi, le marché marocain devrait connaître, dans les deux ou trois ans à venir, l’introduction des produits phares du groupe allemand, notamment dans des cultures comme le colza, le sorgho et le tournesol afin d’offrir aux agriculteurs marocains des semences de haute qualité. Des variétés de betterave à sucre et de maïs font d’ores et déjà l’objet d’essais et devraient être mis sur le marché local prochainement.

Rappelons que KWS emploie plus de 4.850 collaborateurs dans 70 pays. Il a généré un chiffre d’affaires de plus de 1 milliard d’euros au titre de l’exercice 2015/2016 (en hausse de 5,2% sur un marché mondial de la semence en déclin de 8%) avec un bénéfice d’environ 113 millions d’euros. Le groupe se distingue par des  investissements dans la R&D qui se situe entre 15 et 20% de son chiffre d’affaires annuel.

 
Article précédent

Fouzi Lekjaa et la crise du Raja

Article suivant

L’ANP poursuit la digitalisation de ses services