Plasturgie

L’américain Ampacet s’implante au Maroc

Le géant américain Ampacet qui fabrique des intrants pour l’industrie plastique s’implante au Maroc.


En effet, ce leader mondial pour le développement, la production et la commercialisation de mélanges-maîtres couleurs et additifs (intrants permettant une auto-coloration précise et économique du polymère utilisé pour plusieurs usages : emballages rigides et flexibles, bâches pour agriculture, fils et câbles, canalisations et conduits, textiles et non-tissés, construction…) vient de créer une filiale dénommée Ampacet North & West Africa. La nouvelle entité basée à Casablanca aura pour mission de piloter les opérations commerciales de la maison mère aussi bien au Maroc qu’ailleurs en Afrique du Nord et en Afrique de l’Ouest.

Ce nouveau pas du groupe américain dont la création remonte à 1937 va redéfinir les contours des partenariats qui le liaient aux deux distributeurs qui écoulaient jusqu’alors ses produits au Maroc à savoir Résinex et Orkila Morocco (filiale d’un groupe de libanais spécialisé dans la distribution de produits chimiques et présent en Afrique et au Moyen-Orient).

Rappelons que le groupe Ampacet dispose de 24 unités de production réparties entre 17 pays à travers quatre continents (Europe, Amériques, Asie et Australie). À fin 2017, le groupe revendique un chiffre d’affaires de plus d’un milliard de dollars (plus de 9 milliards de DH). Quant au marché de la plasturgie au Maroc, il brasse un chiffre d’affaires de plus de 13,5 milliards de DH avec quelques 650 entreprises qui y officient en générant plus 52.000 emplois directs et plus de 300.000 indirects. Depuis 2013, le secteur dispose d’un contrat-programme visant à positionner l’offre marocaine en plasturgie sur de nouveaux créneaux à plus forte valeur ajoutée telle la sous-traitance automobile ou le recyclage des matières plastiques alors qu’elle demeurait jusqu’à récemment essentiellement orientée vers la fabrication de produits de grande consommation. Les moyens mis en œuvre à travers ce contrat-programme devraient permettre au secteur d’atteindre un chiffre d’affaires de 28 milliards de DH en 2020.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Il fait l’actu : Youssef Fassi Fihri, DG de la SCR

Article suivant

Agriculture 2.0 : l’agriculture connectée