High-Tech

L’américain CA Technologies se retire du Maroc

L’éditeur américain CA Technologies quitte le Maroc. Ce géant mondial des systèmes d’exploitation complexes qui gère, entre autres, mainframes (ordinateurs centraux), systèmes informatiques distribués et machines virtuelles, vient de liquider ORSYP Maroc, une entité créée onze ans plus tôt.


Après des premières années marquées par un dynamisme avéré dans le giron du groupe français ORSYP, qui avait débarqué dans notre pays pour y dynamiser les ventes de son logiciel vedette «Dollars Univers Solutions », une référence à l’époque en matière d’automatisation de la production informatique dans tous types d’environnements, cette ex-filiale basée à Casablanca a connu une certaine instabilité dans le sillage d’une valse de fusions-acquisitions ayant provoqué en cinq ans à peine, un démantèlement progressif de sa première maison mère. Aussi, six ans après la création d’ORSYP Maroc, ORSYP France et l’intégralité de ses filiales ont été rachetées par le groupe autrichien de génie logiciel Automic dont l’essentiel des bases off-shore se trouvait plutôt en Asie.

A peine intégré au sein de ce groupe basé à Vienne, qui appartenait au géant suédois du private equity EQT (lequel pèse plus de 60 milliards d’euros d’actifs sous gestion), ORSYP Maroc est passé en janvier 2017 sous pavillon de l’américain CA Technologies qui a acquis Automic pour 600 millions d’euros (plus de 6,5 milliards de dirhams). Sachant que le nouveau maitre des lieux venait d’absorber une douzaine de startups israéliennes dans le domaine des nouvelles technologies, le Maroc a été tout simplement sacrifié au profit d’autres pays (notamment Israël, l’Inde et la Chine) qui concentrent aujourd’hui l’essentiel de la production off-shore et des sites de R&D du groupe CA Technologies qui capitalise près de 19 milliards USD (près de 180 milliards de DH).

L’enterrement sans chrysanthèmes d’Orsyp Maroc, n’est pas sans rappeler la liquidation en 2009 de Marsofim, qui fut à peine quelques années plus tôt, un des principaux distributeurs IT au Maroc, avant que le groupe français auquel il appartenait (en l’occurrence SOFIM), ne soit racheté en 2000 par le hollandais Systemat, lequel a préféré finalement se retirer du marché marocain.

 
Article précédent

La CSMD entame avec le PJD ses séances d'écoute

Article suivant

Carlos Ghosn avait 4 passeports, dont deux français