Automobile

L’américain Lear fusionne ses filiales au Maroc

Quatorze ans après avoir planté son étendard au Maroc, l’américain Lear regroupe ses deux principales filiales marocaines.


En effet, l’équipementier automobile basé à Southfield (État du Michigan) vient de parachever le processus de fusion entre, d’une part, Lear Corporation Automotive Electronics Morocco (LCAEM) qui porte l’activité de câblage automobile, laquelle est répartie entre l’usine de la zone franche de Technopolis-Rabat et celle d’Atlantic Free Zone de Kenitra (inaugurées respectivement en 2011 et 2014) et, d’autre part, Lear Automotive Morocco (LAM), la filiale historique du groupe au Maroc et qui exploite deux unités industrielles basées à Tanger, l’une à Tanger Free Zone (coiffes automobiles) et l’autre à Automotive City au port Tanger Med (E-system). À l’issue de cette opération, LAM (entité absorbante) hisse son capital à 25 millions de DH et ses fonds propres à près de 250 millions de DH. Il faut dire que LCAEM, qui a été évaluée pour les besoins de ce rapprochement à 187 millions de DH, tient la palme de la croissance dans la région Europe/Afrique au sein du groupe américain et devra continuer à croître en 2018 avec l’intégration de plateformes de deux grands clients européens du groupe.

Pour l’instant, la nouvelle filiale indirecte, Antolin Tanger, dont Lear Corporation vient d’hériter dans le cadre du rachat de la division mondiale Siège automobile du groupe espagnol Antolin, reste à l’écart de ce regroupement. Mais tout porte à croire que ça ne saurait tarder au regard des synergies industrielles et opérationnelles manifestes existants potentiellement entre LAM et Antolin Tanger qui fabrique housses de siège pour véhicules dans son usine de Tanger Free Zone.

Avec un tel rapprochement, LAM consolide sa position de leader marocain du secteur Électricité/Électronique avec un chiffre d’affaires qui dépasse, désormais, la barre de 5 milliards de DH juste devant Samsung Electronics et deux autres équipementiers automobiles, à savoir le japonais Sews Maroc et l’autre américain Delphi Automotive Systems.

 
Article précédent

SM le roi à Abidjan pour le sommet UA-UE

Article suivant

Mobilité pour tous, vous dites !