Entreprise

L’américain Lexmark ferme sa filiale marocaine

Lexmark International vient de mettre fin à sa filiale marocaine après 11 ans d’existence. Une décision justifiée par un besoin de rationalisation des charges et des coupes budgétaires


Décidément, si de plus en plus de groupes internationaux font du Maroc un siège continental ou régional (pour une partie de leurs activités africaines) en consacrant ainsi son statut de hub pour le continent noir (ou du moins pour le Maghreb et/ou l’Afrique de l’Ouest), l’américain Lexmark International vient de faire, lui, le chemin inverse.

En effet, cet ex-division Impression d’IBM devenue indépendante en 1991 à l’occasion d’un spin-off (opération de scission d’actifs) à la bourse de New York, vient de mettre en liquidation sa filiale Lexmark International Africa, une entité qu’elle avait créée onze années plus tôt afin de piloter ses opérations commerciales en Afrique et dans les Dom-Tom (Départements et Territoires français d’Outre-Mer).

Il faut dire que la stratégie de distribution de ce leader mondial des solutions et des produits d’impression a connu moult changements dans le sillage de son rachat en fin 2016, alors en pleine difficultés financières, par un consortium d’investisseurs asiatiques composé du fabricant chinois de puces pour cartouches d’encre Apex Technology, du fonds asiatique PAG Asia Capital et de Legend Capital (anciennement Lenovo Capital).

Aussi, le principal cheval de bataille des trois PDG qui se sont succédés depuis ce passage sous pavillon chinois à la tête du groupe basé à Lexington dans le Kentucky (Nord-Est des États-Unis), a été la rationalisation des charges et des coupes budgétaires avec pour conséquence inévitable la suppression de milliers d’emplois au niveau mondial. Des choix dont a fait les frais Lexmark International Africa dont l’effectif avait atteint une vingtaine de salariés au plus fort de son activité en début de l’actuelle décennie.

Le groupe Lexmark ne se retire pas, pour autant, totalement du Maroc puisque ses produits y seront toujours commercialisés via les grossistes Disway, Burintel et Wincor-Nixdorf qui touchent des centaines de revendeurs à travers le pays. Sur ce marché marocain en stagnation depuis quelques années, les imprimantes Lexmark font face aux deux marques de choc à savoir HP et Canon qui s’accaparent à elles seules plus de 50% de ce segment des produits IT.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Soulager les coups de soleil après les vacances

Article suivant

G7 : 251 millions de dollars pour l'entrepreneuriat féminin en Afrique