Industrie pharmaceutique

L’américain Mylan bouscule la hiérarchie du marché marocain de la chimiothérapie

Le groupe suisse Roche perd du terrain au Maroc.


En effet, sa filiale basée à Casablanca et qui dominait jusqu’en 2017 le marché marocain de la chimiothérapie (traitement contre le cancer), voit depuis quelques mois ses parts de marché s’effriter avec l’arrivée d’un redoutable génériqueur qui a cassé les prix et qui adopte une stratégie commerciale très offensive. Aussi, d’une position largement dominante tutoyant pendant des années les 70% grâce à son produit phare l’Avastin (connu médicalement sous le nom du Bevacizumab), la part de marché du groupe basé à Bâle serait rapidement passé sous les 50% d’après quelques oncologues contactés par la rédaction. La raison est que le concurrent américain Mylan, présent au Maroc depuis plus de dix ans mais sur d’autres segments thérapeutiques, a introduit récemment, sur le marché marocain, un produit générique de qualité utilisable pour la séance de chimiothérapie à un prix inférieur à 4 000 DH la dose alors que les prix de Roche dépassaient allègrement la barre de 5 000 DH. Les établissements d’oncologie (spécialisés en cancérologie) qu’ils soient publics ou privés n’en demandaient assurément pas plus. Ils y ont vu non seulement la possibilité de réduire leurs coûts mais également au passage leurs marges puisque Mylan est arrivée avec une politique des plus accommodantes qui rompt avec le quasi-diktat imposé au préalable par Roche Maroc. On ne le répétera jamais assez mais la concurrence est presque toujours profitable aux consommateurs.

Rappelons que Mylan est un laboratoire d’origine américaine qui commercialise différents types de médicaments (comprimés, gélules, injectables…) couvrant les principaux domaines thérapeutiques tels que l’oncologie (chimiothérapie), l’infectiologie (antibiotiques et antirétroviraux), l’anesthésie et réanimation, la cardiologie, la neurologie et psychiatrie. En 2017, ce groupe côté au Nasdaq a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 11,9 milliards de dollars (plus de 113 milliards de DH) en croissance de 8% par rapport à 2016.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Il fait l’actu : Othman Benjelloun, président de BMCE Bank of Africa

Article suivant

Premier semestre dans le vert pour Afriquia Gaz