Agriculture

L’année des bonnes nouvelles


Les nouvelles se suivent et se ressemblent depuis quelques temps. En effet, le secteur industriels connaît une forte croissance du taux d’utilisation de ses capacités de production, il y a de plus en plus de touristes, qui ont un séjour plus long dans les hôtels et la campagne agricole est assez correcte.

Décidément, ce deuxième trimestre est ponctué de très bonnes nouvelles, pratiquement tous secteurs confondus. La production agricole s’approche d’une année moyenne, alors que l’on s’attendait à un niveau largement en deçà des performances des dix dernières années. L’enquête de Bank Al Maghrib concernant le secteur industriel montre beaucoup d’optimisme des chefs d’entreprises. Et enfin, le tourisme connaît une embellie que rien ne dément.

Concernant l’agriculture, pour la campagne 2013/2014, le ministère de l’Agriculture a revu à la hausse ses prévisions à la faveur des dernières pluies. Ainsi la production des céréales pourrait atteindre quelque 67,3 millions de quintaux, dont près de 55% concernant le blé tendre. Evidemment, on est loin du record de 2012-2013, qui avait été exceptionnel avec ses 97 millions de quintaux de céréales. Mais, au début de la campagne, du fait du retard des pluies, certains n’en attendaient pas tant. Pour sa part, le ministère des Finances peut se rassurer, lui qui tablait sur 70 millions de quintaux pour l’élaboration du budget 2014.  

L’autre bonne nouvelle est venue du secteur industriel. En effet, le taux d’utilisation des capacités de production du secteur industriel atteint 72% en mars 2014, selon la dernière étude de conjoncture de la Banque Centrale. Il s’agit d’une nette amélioration de 4 points par rapport à la dernière enquête de décembre 2013. Parmi les secteurs ayant contribué à cette belle amélioration, il y a notamment les industries chimiques et para-chimiques qui voient l’utilisation de ses capacités installées passer de 65% à 72%. Pour leur part, les entreprises agroalimentaires semblent continuer de profiter d’une véritable embellie. En effet, le taux d’utilisation des capacités de production reste à 75%, c’est-à-dire au même niveau que le mois de février.

Enfin, concernant le tourisme, les arrivées aux frontières se sont améliorées de 13%. Mieux encore, les nuitées également sont en hausse de 15%, ce qui devrait permettre aux hôteliers d’améliorer sensiblement les taux d’occupation qui étaient largement inférieurs à 50% pour la même période de l’année 2014. Cette amélioration ne fait pas que le bonheur des hôteliers puisque l’ensemble de leurs partenaires devrait le ressentir, aussi bien leurs fournisseurs de biens et services que les banques. Ces derniers rappellent souvent que parmi les clients ayant l’ardoise la plus lourde, figure en bonne place l’industrie hôtelière. D’ailleurs, les résultats de Risma qui affichent l’un des meilleurs taux d’occupation au niveau national, le montrent à suffisance. Puisqu’ils n’ont cessé de se dégrader tout au long de ces dernières années.

Dans l’ensemble, l’heure est visiblement à la reprise pour plusieurs secteurs de l’économie nationale. C’est une nouvelle pour les investisseurs qui voient enfin le bout du tunnel après une période de vaches maigres. Au niveau de la bourse de Casablanca, par exemple, ces bonnes nouvelles sont parfaitement bien intégrées. La croissance est au rendez-vous et se confirme séance après séance. L’indice global de la place, le MASI est en hausse de 4,86% par rapport au début de l’année.  n

 

 
Article précédent

Le 1er cluster solaire est né

Article suivant

Rendez-vous de Casablanca : Quels défis pour l’assurance Marocaine à l’horizon 2015 ?