Maritime

L’ANP monte dans le capital de sa filiale Portnet

L’Agence Nationale des Ports (ANP) verrouille le contrôle de sa filiale Portnet.


En effet, l’Autorité portuaire du royaume vient de porter sa participation à plus de 75% dans la filiale créée en 2012 et qui a pour mission de simplifier et d’accélérer les procédures et formalités portuaires pour l’entrée ou la sortie des marchandises au profit de l’ensemble de la communauté du commerce extérieur. Cette dernière regroupe des intervenants divers tels ministères et établissements publics (ANP, ADII, ministère Chargé du Commerce Extérieur…), organismes de contrôle (ONSSA, MCDI..), banques de la place, opérateurs de manutention, agents maritimes, importateurs et exportateurs, transitaires etc. La montée dans le capital de Portnet s’est opérée à travers l’apport en nature de la plateforme EDI (Échange de Données Informatisées) préalablement logée chez la maison-mère. Cette plateforme est au cœur des prestations fournies par Portnet et a été développée et déployée par briques successives depuis 2008 (4 ans avant la création effective de la filiale). C’est qu’ainsi qu’après le paquet relatif au traitement de l’escale (Avis d’arrivée, Demande d’attribution des postes et le manifeste) pour tous les types de trafics, Portnet a étendu ses services en 2015 à la dématérialisation totale du titre d’importation et d’exportation ainsi que le préavis d’arrivée des conteneurs (Export) et l’avis d’arrivée des marchandises (Import). Dans le pipe de projets cette filiale de l’ANP qui compte également dans son tour de table Marsa Maroc, Attijari Capital Développement, Groupe Banque Populaire, SGMB, Mass Céréales, BMCE Bank et Somaport, figurent la dématérialisation du bon à délivrer, la liste de séquence et le bulletin de réception des conteneurs ainsi que la couverture de tous les autres trafics.

Rappelons que Portnet est parmi les établissements publics les plus rentables avec une marge d’exploitation de 40% en 2016 générée par un chiffre d’affaires de 66 millions de DH (contre 23 millions de DH à peine en 2015).

 
Article précédent

ReKrute lance les « Escape Games du recrutement »

Article suivant

Le Médiateur pointe du doigt les dysfonctionnements de l’administration