Actualité

L’Arabie Saoudite regrette la crise Maroc-Algérie et tente une médiation

L’Arabie saoudite fut l’un des tout premiers pays à réagir à l’annonce de la rupture des relations entre l’Algérie et le Maroc. Le Royaume d’Arabie Saoudite avait exprimé ses regrets « pour l’évolution des relations entre les frères du Royaume du Maroc et de la République algérienne démocratique et populaire ».


Le ministère saoudien des Affaires étrangères avait en ce sens, fait part de «l’espoir du Royaume de voir se rétablir les relations entre les deux pays dans les meilleurs délais ».

L’Arabie Saoudite avait ainsi appelé « les frères des deux pays à privilégier le dialogue et la diplomatie pour trouver des solutions aux questions litigieuses, à la faveur de l’ouverture d’une nouvelle page dans les relations entre les deux pays frères, qui sert les intérêts des peuples, assure la sécurité et la stabilité de la région et renforce l’action arabe commune ».

Lire aussi |C24. L’ambassadeur Hilale démystifie le pseudo statut d’observateur de l’Algérie dans la question du Sahara marocain

Sur son compte officiel sur Twitter, le ministre des Affaires étrangères saoudien, Fayçal Ben Farhane, a annoncé dans deux tweets quasi simultanés vendredi 27 août, avoir eu des entretiens téléphoniques avec ses homologues algérien et marocain. L’agence de presse saoudienne « SPA » a rapporté, que le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan Al Saud s’est entretenu au téléphone avec ses deux homologues marocains, Nasser Bourita, et son homologue algérien, Ramtane Lamamra.

L’Arabie saoudite a ainsi appelé à privilégier le dialogue et la diplomatie pour régler les questions litigieuses et « ouvrir une nouvelle page ». Les mêmes appels au « dialogue » ont émané de la France, des Émirats et de la Ligue Arabe, entre autres États et organisations.

Lire aussi |Sahara. Alexander Ivanko nommé nouveau représentant spécial du SG de l’ONU

De son côté, Paris avait appelé, le mercredi 25 août, l’Algérie et son grand rival voisin, le Maroc, à revenir à une logique de « dialogue » dans l’intérêt de la « stabilité » au Maghreb.  

« La France reste naturellement attachée à l’approfondissement des liens et au dialogue entre les pays de la région, pour en consolider la stabilité et la prospérité », avait déclaré le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.  « L’Algérie et le Maroc sont deux pays amis et deux partenaires essentiels de la France », avait-t-il également ajouté.  

 
Article précédent

Maroc. Les signes de reprise

Article suivant

Enseignement. Présentiel, distanciel ou alterné, voici comment sera la rentrée scolaire