Monétique

L’asiatique dzcard prend pied au Maroc

Alors que le leader marocain des solutions monétiques, en l’occurrence HPS, vient de mettre la main sur un opérateur de processing des transactions monétiques basé à l’île Maurice, un autre acteur marocain de ce secteur parmi les plus dynamiques ces dernières années vient également de se distinguer.


Il s’agit de NETPS qui a fait le chemin inverse de HPS en se faisant, quant à lui, racheter par un autre géant mondial de la monétique. En effet, cette PME familiale qui opère depuis 20 ans dans les systèmes de paiement ainsi que la personnalisation et l’édition des cartes bancaires vient de tomber dans le giron du groupe asiatique dzcard, un des leaders de ce créneau de la chaîne de valeur monétique en Asie du Sud Est qui est présent commercialement sur trois continents avec un effectif de plus de 1000 collaborateurs.

Lire aussi | Drame de Tanger : la CGEM travaille sur une task force

L’opération permet au nouvel actionnaire de référence de consolider sa présence en Afrique en ajoutant un troisième centre de personnalisation à son dispositif industriel aujourd’hui concentré sur la Thaïlande, son pays d’origine, et la Tanzanie où le groupe a pris pied dès 2015. Elle ouvre aussi à dzcard le portefeuille clients de NETPS qui compte plusieurs références prestigieuses du secteur bancaire marocain. Pour l’instant, rien ne filtre sur le montant de la transaction pilotée par les équipes d’Arden Capital, lequel a agi en tant que banque conseil du vendeur, mais selon de sources proches du dossier, la prise de contrôle par dzcard n’est que le prélude d’un ambitieux projet de déploiement en Afrique à travers la nouvelle filiale marocaine.

Lire aussi | Maroc. Les damnés sous-terre

Il faut dire que les acteurs monétiques marocains sont partis très tôt à la conquête du marché africain et y ont développé une solide notoriété à l’image du trio coté en bourse HPS, M2M et S2M ou encore M2T et Paylogic. Ce qui devrait profiter également à NETPS pour élargir ses horizons et sortir du marché marocain où opèrent déjà deux autres concurrents, à savoir S2M et Finacard du groupe Bank of Africa. 

 
Article précédent

Drame de Tanger : la CGEM travaille sur une task force

Article suivant

Dakhla-El Guerguerat : un rallye classique pour célébrer la marocanité historique du Sahara