Entreprenariat

L’association Jossour FFM réclame plus de femmes chefs d’entreprises

L’association a réuni des intervenants de différents bords pour se pencher sur l’entrepreneuriat féminin.


L’association Jossour Forum des Femmes Marocaines poursuit son projet Femmes Partenaires du Progrès, initié en partenariat avec la Chaire Gibran Khalil Gibran de l’Université de Maryland.

Cette fois, elle s’est associée avec Women’s Tribune pour organiser le mercredi 09 octobre 2019 la table ronde « Entreprenariat féminin, enjeux et perspectives » à laquelle ont pris part des intervenants de différents bords. « Cela fait maintenant deux ans que le projet Femmes Partenaires du Progrès a été lancé. Nous avons identifié des femmes juristes, politiciennes et syndicalistes, universitaires… mais surtout des jeunes. Nous travaillons sur deux grands axes : le premier a trait à la promotion de la citoyenneté. Le second concerne les violences à l’égard des femmes. Cette table ronde d’aujourd’hui est extrêmement importante car nous revendiquons plus de femmes dans les postes de décision et plus de femmes chefs d’entreprises », souligne Rhizlane Benachir, vice-présidente de Jossour FFM.

Au cours de cette table ronde, les différents intervenants sont revenus sur leurs expériences personnelles tout en pointant du doigt les difficultés auxquelles font face les femmes entrepreneures, surtout celles relatives à l’accès au financement. Il s’agit de la formation, la compréhension de l’offre bancaire, de la faiblesse du taux de bancarisation et l’absence de garantie. « Cette table ronde constitue une occasion d’échanger, de débattre et de partager les expériences réussies de femmes ayant de longs parcours dans l’entreprenariat féminin et qui donnent l’exemple à d’autres femmes et d’autres jeunes pour oser entreprendre », note Oumayma Achour, présidente de Jossour FFM.

Khadija Idrissi Janati, entrepreneure, Fathia Bennis, PDG de Maroclear et Rhizlane Benachir, vice-présidente de Jossour FFM

Cette table ronde a également abordé la RSE à travers l’intervention de Fathia Bennis, PDG de Maroclear. Elle a ainsi rappelé les 7 piliers des collaborateurs du dépositaire central, comme le recyclage du papier et l’économie d’énergie. « J’ai profité de mon intervention pour mettre l’accent sur ce que peut devenir l’entrepreneuriat féminin par rapport au respect de l’environnement, au droit des salariés, aux relations avec les prestataires… Tout cela doit tenir compte du respect de base pour avoir de bonnes relations d’affaires », explique Fathia Bennis.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Qui est le nouveau porte-parole du gouvernement ?

Article suivant

Mustapha Fares, président délégué du CSPJ