Consommation

L’auto financement reste le mode privilégié des Marocains

Après une première étude qui a confirmé la transformation très nette de la société marocaine en matière de mode vie et de consommation, l’Observatoire Wafasalaf vient de présenter une enquête plus poussée qui vise à décrypter le comportement des consommateurs, leurs modes de financement, leurs habitudes de consommation et même leurs intentions d’achat en NTIC et électroménager.


Ainsi, concernant la situation des ménages, l’Observatoire note que globalement, c’est un sentiment de satisfaction qui prédomine, bien que 3 indicateurs (endettement, revenu et épargne) sur 4 (pouvoir d’achat) affichent une légère baisse de 0,3 à 0,6. Des 4 indicateurs, l’épargne est la moins bien notée. 12% seulement des sondés déclarent avoir une bonne situation d’épargne. Quant au pouvoir d’achat, il enregistre une très faible hausse de son score (55% du panel affirme que son pouvoir d’achat actuel est Moyen, 17% Bon et seulement 5% Très bon). Pour sa part, la perception globale des ménages de l’évolution de la situation économique dénote une tendance baissière (15% à 27%), alors que 59% à 67% considèrent que la situation de leur foyer ne s’est ni dégradée, ni améliorée par rapport à 2016. Pour plus de 25% du panel, le pouvoir d’achat, le revenu et l’épargne se sont détériorés, alors que le taux d’endettement s’est détérioré pour seulement 15%. Néanmoins, 8 à 14% estiment que leur situation s’est améliorée depuis les 12 derniers mois.

L’Observatoire soutient que la majorité des foyers constatent une stagnation de l’évolution des dépenses, surtout en ce qui concerne l’assurance, le logement, l’équipement du foyer, les vacances, les sorties et les loisirs. Quant aux charges relatives aux dépenses en eau, électricité et santé, ces dernières ont augmenté (1% à 3%). Les dépenses non contraintes, telles que l’alimentation et l’habillement, ont baissé de 13 à 14% en comparaison avec 2016.

Concernant les équipements TIC, le Smartphone reste le produit NTIC prédominant dans les foyers marocains avec 78%. Il a connu une légère hausse (76% en 2016). 56% des répondants ont déclaré disposer d’un micro-ordinateur en état de marche dans leur foyer, un chiffre en baisse de 7% depuis les 12 derniers mois. Quant aux tablettes tactiles, le taux d’équipement reste stable (33% en 2017 contre 34% en 2016) en comparaison avec l’année dernière. Un produit convoité essentiellement par les CSP AB. Le marché des TIC semble être porté par le renouvellement et les achats de premier équipement dans un rapport de 9 à 1 pour les Smartphones et de 2 à 1 pour les ordinateurs, note l’Observatoire, qui constate une légère stagnation par rapport à 2016 avec un décalage de 3 à 6 mois. Ainsi, le taux de renouvellement est assez élevé pour les Smartphones, soit 57%, perçu pratiquement plus en premier équipement. Les ordinateurs et les tablettes maintiennent une moyenne assez élevée tant en premier équipement (35% et 43%) qu’en renouvellement (37% et 34%). Les intentions d’achat TIC au cours des 12 prochains mois sont très faibles et ont connu une régression de 2 à 4%.

Le marché des NTIC demeure sur la même tendance évolutive depuis 2016. Le secteur continue à se professionnaliser et s’organiser : les répondants déclarent solliciter les réseaux de vente informels à seulement 11%, un pourcentage en baisse significative de 10% depuis l’année dernière. Le réseaux des revendeurs indépendants et des grandes chaînes de magasin restent en tête et évoluent de 9 et 6% (49% et 39). Les ventes via le net stagnent de leur côté à 1%, ajoute la même source.

Concernant les modes de financement, l’auto financement reste le mode privilégié des Marocains (de 75 à 88%), même si une baisse de 1 à 8% en comparaison avec l’année 2016 est constatée. Aussi, le recours au crédit partiel ou total continue de progresser (de 2 à 8%), essentiellement pour l’acquisition des micro-ordinateurs.

L’observatoire souligne que le marché de l’électroménager est porté par les équipements de première nécessité en renouvellement pour les réfrigérateurs et les lave-linge et les achats complémentaires pour la télévision.

L’évolution de la tendance de l’équipement de 2016 à 2017 reste pour sa part stable pour le marché des téléviseurs. Certains produits comme les cuisinières, les fours, les lave-linge ont évolué de 1 à 5%. Le marché de l’électroménager suit la même tendance générale et se professionnalise de plus en plus. Ainsi, 9 achats sur 10 se font en grands magasins et/ou auprès de revendeurs indépendants. Cette tendance est guidée essentiellement par les CSP AB. Pour sa part, le secteur informel recule de 6 points par rapport à l’année 2016, une véritable preuve de réorganisation et de professionnalisation de ce marché, note la même source.

Concernant les intentions d’achat de 2017, l’Observatoire relève que globalement, elles sont en ralentissement par rapport à 2016 et ce pour tous les produits de l’étude (lave-vaisselle, congélateur, appareil de chauffage, console de jeu, caméscope, lecteur DVD, cuisinière avec four, four à micro-ondes, climatiseur, décodeur satellite, lave-linge, réfrigérateur et téléviseur). L’intention d’achat des téléviseurs représente ainsi la plus forte baisse avec un recul de 10 points. Pareil pour les réfrigérateurs et lave-linge qui sont également en baisse de 2 points chacun.

Globalement, les indicateurs de la situation économique des ménages marocains en 2017 affichent un léger recul en comparaison avec l’année 2016. Pour ce qui est du pouvoir d’achat, ce dernier reste stable, pendant que le niveau de consommation ne cesse d’augmenter notamment en ce qui concerne les dépenses à caractère inélastique au détriment des loisirs et la capacité à épargner. D’autre part, le taux d’équipement en biens et les intentions confirment une modernisation des modes de vie (les produits hi-tech se positionnent désormais en nouveaux besoins). Les comportements d’achats réaffirment une réelle professionnalisation et organisation du marché (les réseaux informel perdent des points en faveur des grandes chaînes de magasins), conclut l’Observatoire Wafasalaf.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Nouveau logo de Casablanca-Settat : 1100 propositions reçues

Article suivant

Bosch : deux nouvelles ouvertures en 2017