Conjoncture

Le 2ème semestre 2015 commence sous de bons augures


Conjoncture. L’année 2015 serait-elle l’année de la reprise économique ? Les indicateurs conjoncturels du 2ème semestre montrent des signes d’amélioration dans un contexte national de reprise de l’activité avec un repli du chômage. C’est ce qui ressort de la note de conjoncture de septembre de la DEPF du ministère de l’Economie et des Finances. par Abdelfettah Alami

L’activité a nettement accéléré pendant cette période. Cette reprise est portée en grande partie par une campagne agricole record, par le dynamisme du secteur de l’énergie électrique et dans une moindre mesure, par le rebond attendu de la production manufacturière. Dans la construction, la production s’est de nouveau nettement améliorée. La consommation des ménages a vivement accéléré, tandis que le commerce extérieur a contribué positivement à la croissance trouvant sa contrepartie dans un meilleur équilibre de la balance commerciale.

La reprise devient solide dans plusieurs secteurs d’activité

La note de conjoncture relève que plusieurs secteurs d’activité de l’économie nationale ont bénéficié des effets d’une reprise favorable, grâce à l’action combinée d’une diminution du coût de l’énergie, d’une stabilité du coût de matières premières. Ces différents leviers ont assurément eu un effet positif sur l’économie, mais leur impact direct sur nos industries doit être relativisé pour certains secteurs. Ainsi, la production industrielle augmente de 0,6 % en juillet. La production repart fortement dans la production des industries alimentaires de 3,2%, des industries chimiques de 2,2%, de l’industrie automobile de 12,3%, des produits de l’édition et de l’imprimerie de 13,8% et de textile de 6,2%. D’autres secteurs ont connu un repli assez net, dont la production des industries des autres produits minéraux non métalliques de 3% dont le ciment (-3,1%), de raffinage de pétrole de 5%, des machines et appareils électriques de 3,8%, des articles d’habillement et fourrures de 2,7% et des produits métalliques de 3,2%.  
Le secteur de la pêche a connu une orientation favorable à fin août 2015. Le volume des débarquements de la pêche côtière et artisanale s’est raffermi de 4,3%, après une quasi-stagnation une année auparavant (+0,1%)
Les indicateurs du secteur de l’énergie électrique maintiennent leur dynamique globalement favorable à fin juillet 2015. En effet, son volume de production s’est renforcé de 7,6% en une année,
Le redressement de la fréquentation touristique se confirme après un début d’année difficile. A fin juillet 2015, la tendance s’est inversée et le nombre des arrivées touristiques à la destination marocaine a progressé de 1,5%, en glissement annuel, à plus de 6 millions d’arrivées, après une diminution de 2,9% à fin juin 2015 et une augmentation de 8% une année auparavant. Cette amélioration de la fréquentation touristique s’explique par l’augmentation des nuitées avec une croissance à deux chiffres des arrivées et des nuitées. Les exportations ont affiché la même tendance favorable  pendant cette période de 2015 (+6,6%) portée par le rebond des exportations de phosphate et dérivés et de celles des secteurs de l’automobile et de l’agriculture et agroalimentaire. De leur côté, la valeur des importations a reculé par rapport à l’année précédente de 6,7%. Cette baisse est principalement attribuable au repli des importations des produits énergétiques. Ainsi, La facture énergétique a baissé, à fin août 2015, de 30% pour s’établir à 46,1 milliards de dirhams. Ces évolutions qui sont des moteurs positifs pour notre balance commerciale, ont conduit à un allègement du déficit commercial, en glissement annuel, de 20,4% ou de 26,7 milliards de DH pour s’établir à 104 milliards de DH. De ce fait, le taux de couverture des importations par les exportations des biens a enregistré une nette amélioration pour s’établir à 57,8%.

La consommation des ménages progresse

La croissance de la consommation des ménages reste relativement soutenue à fin juillet 2015, portée par les gains de pouvoir d’achat dus à plusieurs facteurs, dont notamment une relative stabilisation des prix à la consommation (l’indice des prix a augmenté de 1,8%), un taux d’inflation favorable,  une évolution favorable des revenus alors que les salaires ont continué à augmenter cette année2015, dont la masse salariale servie par la fonction publique (+0,8% à fin juillet 2015).
De même, que sous l’effet d’une campagne agricole record et d’une évolution positive des crédits à la consommation, nous avons enregistré, selon la note de la DEPF, une bonne dynamique de la consommation qui aura pour conséquence de remplir les carnets de commande des entreprises et de booster leurs investissements.
Un autre indicateur devient vert et pouvant inverser les tendances des périodes précédentes, est la baisse du chômage. En effet, comparativement au premier semestre 2015, le marché de l’emploi a enregistré une évolution globalement favorable, reflétée par le bon comportement de la création de l’emploi rémunéré tant au titre du premier, que du deuxième trimestre 2015.
Ainsi, le marché de l’emploi a enregistré la création de 58.000 nouveaux postes d’emploi rémunérés durant le premier trimestre 2015 par rapport au même trimestre de l’année précédente (49.000 en zones urbaines et 9.000 en zones rurales) et de 125.000 postes au cours du deuxième trimestre 2015 (+65.000 et +60.000 respectivement). De ce fait, du côté du chômage, son volume devrait se replier au titre du deuxième semestre 2015 pour se situer à un taux plus faible que celui enregistré un an auparavant.

 
Article précédent

Samir Tazi à la tête de la Commission du Partenariat Public-Privé

Article suivant

Protéger les entreprises contre les chèques sans provision