Sport

Le calendrier sportif du mois de mars

Le mois de Mars est reconnu comme annonciateur du printemps. Saison des bourgeons et des frimas (malgré un soleil éclatant, gardez-vous au chaud sous vos pulls et impers), il sera aussi en cette année 2013 un mois où l’actualité sportive proposera des rendez-vous incontournables. Nous en avons sélectionné quelques uns.


CAF : Issa is back

La ville de Marrakech est irrésistible au printemps et les membres de la très honorable CAF (Confédération Africaine de Football) n’y ont pas résisté. C’est dans la ville ocre séculaire que va se tenir le prochain congrès du football africain.
Rendez-vous majuscule pour notre ami Issa Hayatou qui va s’y présenter à sa propre succession. Ce serait alors son 7ème mandat.
En 1988, c’est à Casablanca que le Camerounais s’était fait élire à la présidence de la CAF où il s’asseyait sur le siège du légendaire Tessema, dirigeant éthiopien qui fut parmi les fondateurs de la Fédération Africaine.
On se souviendra que Issa Hayatou qui a été régulièrement réélu à la présidence durant ces 25 dernières années s’est même attaqué au siège suprême, celui de la FIFA où en 2002 il fut candidat contre Sepp Blatter.
Il fut largement battu par le Suisse, et se le tint pour dit même s’il a dû batailler ferme pour garder son trône africain, car Blatter comptait lui faire payer l’audace de s’être présenté contre lui.
Issa ne vacilla pas et tint bon face à tous les prétendants.
Aujourd’hui, toutes velléités oubliées, toute rancune calmée, Issa Hayatou et Sepp Blatter s’entendent merveilleusement bien.
Le président de la FIFA a appris à compter avec Issa Hayatou qui représente un pan important du football mondial. A Marrakech dimanche prochain, les deux hommes tiendront une conférence de presse commune, ce qui prouve l’intérêt que porte Blatter à ce congrès tenu en terre marocaine. Et comment pourrait-il en être autrement ?
Sous l’égide d’Issa Hayatou, le nombre de pays africains participant à la phase finale de la Coupe du Monde a quintuplé passant de 1 à 5 dès 1998. Presque autant que le nombre de pays d’Amérique latine. Le mondial fut organisé en 2010 en terre africaine et le Maroc qui avait déclenché ce processus de reconnaissance fut énergiquement soutenu dans toutes ses campagnes par un Issa Hayatou qui prit publiquement fait et cause pour le Royaume.

Issa Hayatou, président de la CAF, lors d’une conférence de presse à Rabat avec J. Sepp Blatter, patron de la FIFA et Ali Fassi Fihri président de la FRMF.
 

Le voici cette semaine de retour dans ce pays qui l’accueille toujours en ami. Un pays qui, un quart de siècle après sa première élection, va lui offrir le théâtre de sa re-re-réélection à la tête de la CAF, pour le plus grand bonheur et le progrès du foot d’un continent qui va de Tanger au Cap en survolant le Sahara, les savanes, les jungles et les grands lacs.
Un continent qui est peut être le plus beau du monde, et dont Marrakech sera ce week-end la capitale.

Parfum de Coupe
du Monde
Mars, juste après ce rendez-vous avec la CAF, nous proposera en 24ème jour un match de football capital. Un match pour les éliminatoires de la Coupe du Monde, celle de 2014 qui doit se dérouler au Brésil. Les Lions de l’Atlas conduits par Taoussi sont attendus à Dar Es Salam (Tanzanie) pour une rencontre où l’équation est effarante de simplicité : la victoire y est impérative.
Distancé de deux points par la Côte d’Ivoire, leader de notre groupe de qualification, le Maroc n’a pas d’autre alternative que de gagner.
Pour préparer ces 90 minutes (et plus) de feu et de jeu, le staff des Lions a choisi d’aller à Dubaï, escale de luxe et de free-shop où les magnifiques installations sportives seront-elles suffisantes pour concurrencer l’attrait des boutiques et des « mall » (centres commerciaux très prisés par les touristes) ?
Sur le match de Dar Es Salam se joue l’avenir des Lions de l’atlas en Coupe du Monde 
Espérons que Dar Es Salam ne noiera pas le farniente de Dubaï. Taoussi est averti.

Golf : quarante ans
et toutes ses fleurs
Juste au lendemain du match de Dar Es-Salam, Agadir ouvrira ses merveilleux links pour accueillir les golfeurs du monde entier.
La quarantième édition du Trophée Hassan II au Golf du palais royal et la 19ème édition de la coupe Lalla Meryem au Golf de l’Océan. Pour présenter cet évènement, la presse fut invitée mercredi dernier pour un déjeuner au Rick’s Café de Casablanca.
40 ans, l’âge de raison et de maturité, les deux compétitions golfiques font partie du circuit européen et sont devenues les rendez-vous incontournables pour les champions de ce sport exceptionnel.
On va voir pendant une semaine le Maroc sur toutes les télés du monde.
Faisons le rêve que cette année un Marocain ou une Marocaine s’approcheront le plus près possible du podium. Le golf au Maroc est une réalité, il ne lui reste plus que l’apparition d’un « big» champion qui viendrait installer ce sport parmi les disciplines majeures du Royaume.
Un champion marocain qui tiendrait tête aux meilleurs joueurs de la planète, voici le meilleur gage de popularité pour le golf. Cela voudra dire que les fruits auront tenu la promesse des fleurs. 

 
Article précédent

Agro-industrie Les plats prêts à consommer gagnent les Marocains

Article suivant

#415