Automobile

Le chinois Nexteer injecte 190 MDH dans sa filiale marocaine

On en sait un peu plus sur les montants réellement investis par le groupe Nexteer au Maroc. Alors que les dirigeants de cet équipementier chinois sont restés très peu prolixes sur l’enveloppe d’investissement prévue pour leur future usine à Kenitra Automotive City, il ressort aujourd’hui que Nexteer Automotive Morocco (NAM) devra investir ad minima quelque 300 millions de dirhams.


Nexteer Automotive Morocco, la première filiale en Afrique du groupe chinois qui compte parmi les premiers fournisseurs mondiaux de direction assistée et d’arbres de transmission, vient de porter son capital à 25 millions d’euros (plus de 270 millions de dirhams) dans le cadre d’une recapitalisation de 17,3 millions d’euros (190 millions de dirhams). Ce nouveau concours de la maison mère vient financer l’étape ultérieure aux travaux de génie civil entamés en mars 2018 (sur un site de 18.000 m² à Atlantic Free Zone à Kénitra) trois mois seulement après avoir signé un accord officiel avec le gouvernement marocain en présence du Souverain.

Pour l’instant, les dirigeants de Nexteer prévoient un financement exclusivement en fonds propres, notamment pour cette première phase de déploiement où NAM devra entrer en production dès le deuxième semestre 2019 en étant exclusivement dédiée à la production de systèmes de direction.

Le recours à l’endettement bancaire sera envisagé pour la future extension d’activités prévue dès 2020 et qui permettra à celle qui sera la 25ème usine du groupe Nexteer à travers le monde de fabriquer également des produits de transmission et de proposer presque l’intégralité de la gamme de sa maison mère aux marchés européens et africains.

Rappelons que le groupe Nexteer réalise un chiffre d’affaires consolidé de plus de 2 milliards d’euros (plus de 22 milliards de dirhams) et emploie plus 13.000 salariés dans le monde. Le groupe dessert plus de 50 clients dont BMW, Fiat Chrysler, Ford, GM, le Groupe PSA, Toyota et VW, ainsi que des constructeurs automobiles indiens et chinois.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

"Inaya", un programme de fidélité destiné aux "Moul Hanout"

Article suivant

Il fait l'actu : Said Amzazi, ministre de l'Education nationale